{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Kamel Moula, président du Crea, à L’Expression

«Notre objectif est de multiplier la création d’entreprises»

Dans cet entretien express, le président du Crea, Kamel Moula, détaille l'approche entrepreneuriale que le Crea développe à travers ce grand événement organisé sous le haut patronage du pérsident de la République.

L'Expression:Vous organisez un événement grandiose sur l'entrepreneuriat. Pouvez-vous nous dire en quoi consistent exactement ces journées?
Kamel Moula :La semaine mondiale de l'entrepreneuriat est un évènement international qui soutient les entrepreneurs grâce à diverses activités, les met en relation avec des investisseurs, des organisations de soutien, des mentors et des partenaires potentiels pour les aider à atteindre leurs objectifs. Compte tenu des objectifs du Crea en termes de développement économique et d'accompagnement à la création d'entreprises, il nous a semblé naturel de nous inscrire dans cette approche entrepreneuriale pour permettre à des jeunes porteurs de projets de rencontrer nos chefs d'entreprise. Au cours de la première journée, les jeunes pourront découvrir par l'intermédiaire des panels quelles sont les qualités intrinsèques nécessaires pour réussir ses objectifs: la motivation, le goût du challenge, voire le goût du risque, la vision à long terme, l'audace et la pugnacité. Ils auront également l'occasion de découvrir tous les mécanismes institutionnels et l'accompagnement mis en place par l'Etat. L'après-midi sera consacrée à des rencontres B2B avec des chefs d'entreprise ou des responsables de développement aux fins de trouver des propositions de collaboration. La deuxième journée sera plus tournée vers l'international aux fins de découvrir les écosystèmes US, UE, Middle West et Asie.

Des opérations similaires ont été menées par d'autres organismes. Qu'est-ce qui les différencie de votre événement?
Toutes les initiatives qui vont dans le sens du développement économique de notre pays sont bonnes à prendre. Chacune d'entre-elles a ses spécificités.
Au Crea, nous avons souhaité un format fluide et dynamique avec une partie liée à l'information des porteurs de projets, mais une autre bien plus large consacrée à des workshop et des rencontres directes entre les jeunes et les chefs d'entreprise. Nos membres sont très demandeurs de solutions applicables rapidement dans leurs entreprises, malheureusement ils n'ont pas toujours le temps d'aller à la rencontre des porteurs de projet. Ainsi, nous avons fait d'une pierre, deux coups.

Les jeunes porteurs de projets sont les premiers visés par votre action. La cible est-elle limitée aux étudiants universitaires ou concerne-t-elle également tous les porteurs de projets sans exception?
Nous avons ciblé les universitaires, mais également, les projets innovants labellisés par le ministère de l'Économie de la connaissance, des Start-up et des Microentreprises. Mais nous n'avons fermé la porte à personne. Chaque porteur de projet a toute sa place dans cet évènement. Je le redis, notre objectif est la création d'entreprises. Toutes les bonnes idées sont à prendre. Une entreprise c'est au départ un homme ou une femme qui a eu un rêve, qui est passé du rêve au projet, puis du projet à la création d'entreprise. C'est un homme ou une femme qui a eu le courage d'oser, de se lancer, de créer. Au Crea, nous souhaitons pouvoir aider à faire ce lien entre projet et entreprise pour passer du rêve à la réalité.

Un intérêt particulier semble être porté à notre communauté nationale installée à l'étranger. Avez-vous ciblé des profils précis? Avez-vous trouvé du répondant lorsque vous les avez contactés pour assister à cet événement?
Dès le départ, nous avions affirmé dans nos missions et nos statuts que nous souhaitions développer des liens forts avec notre diaspora. L'association Djazpora regroupe des jeunes aux compétences avérées dans leur domaine professionnel, mais surtout des Algériens qui ont un attachement fort avec notre pays et qui souhaitent être partie prenante dans le développement. Ils viennent de tout horizon géographique: France, Royaume-Uni, États-Unis, Autriche, Arabie saoudite, Dubaï, Luxembourg pour partager leurs connaissances et leurs expertises. Tout cela avec beaucoup d'engouement, mais surtout avec une stratégie d'accompagnement à long terme. Il y a, également, lieu de noter que des porteurs de projets de la diaspora vont se déplacer spécialement à Alger pour assister à cet évènement, pour rencontrer nos membres dans l'optique de revenir définitivement au pays.

Comment pérenniser ces liens et donner une perspective durable à cette action?
Nous allons intégrer à notre site web une plateforme de recueil de projets qui seront pendant 30 jours ouverts aux entreprises du Crea puis rendus publics s'ils ne trouvent pas preneur. Tout cela bien entendu en veillant au respect de la propriété intellectuelle de chaque porteur de projet. Nous n'allons pas travailler dans le quantitatif, mais bien dans le qualitatif et nous donnerons la priorité aux projets qui concernent nos trois grands challenges: la sécurité alimentaire, sanitaire et énergétique. Les applications agricoles et industrielles sont les plus recherchées. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré