{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

S.E. Igor Beliaev, ambassadeur de la Russie, à propos de la situation en algérie

«C’est une affaire interne»

L’ambassadeur a déclaré qu’il a mené des rencontres avec d’autres partis politiques comme c’était le cas pour «le président du Mouvement de la société pour la paix, Abderrezak Makri».

S.E. Igor Beliaev, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie en Algérie, est revenu hier, sur la question qui a trait à la rencontre qui s’est tenue avec le secrétaire général du FLN, Mohamed Djemaï.
Dans ce sens, l’ambassadeur de la Fédération de la Russie a souligné que « la rencontre s’est déroulée dans les normes et les critères diplomatiques reconnus dans les rapports entre les Etats et aussi les partis politiques agréés et aussi le mouvement associatif», et d’ajouter «la Fédération de la Russie a une relation exemplaire avec l’Algérie qui remonte à la période du Mouvement de Libération nationale et qui s’est consolidée depuis son indépendance à nos jours », a-t-il souligné.
Des rapports stratégiques
L’ambassadeur de la Russie a rappelé le contenu de la rencontre en indiquant que «les deux parties ont procédé à la discussion des questions de la situation politique actuelle en RADP et de plusieurs aspects des relations bilatérales ainsi que leur intensification dans le domaine des liens interparlementaires», a rappelé l’ambassadeur de la Russie.
Dans le même ordre d’idées, l’ambassadeur de la Russie a rappelé la position constante de son pays à l’égard du pays ami, à savoir l’Algérie, en précisant que « nos rapports avec l’Algérie sont stratégiques et fraternels. La Russie ne s’ingère jamais dans les affaires internes des pays en général et de l’Algérie en particulier. Plus que ça, la Russie depuis l’émergence des événements que connaît l’Algérie a considéré que ce qui se passe là-bas relève des affaires internes de ce pays ami », a souligné l’ambassadeur de la Russie.
Dans un autre registre, le diplomate russe a déclaré que l’ambassade a mené des rencontres avec d’autres partis politiques comme c’était le cas avec « le président de Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Makri, et nous allons en rencontrer d’autres dans les jours à venir», a-t-il déclaré.
Dans le même sillage, l’ambassadeur de la Russie avait précisé que «ces rencontres se font périodiquement dans le cadre des relations et des échanges diplomatiques. Cela se fait déjà, il se fait et il se fera à l’avenir. Ce sont des rencontres que toutes les ambassades font», a-t-il dit.
Leçons d’une guerre
Cette parenthèse a été close par l’ambassadeur de la Russie en indiquant que «tout ce qui s’est passé au sujet de la rencontre avec le secrétaire général du FLN est une pure spéculation», a-t-il signalé. La conférence de presse d’hier qui s’est déroulée au siège de l’ambassade se voulait comme une occasion pour commémorer le 80ème anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale qui coïncide avec le 1er septembre 2019. Par rapport à cet événement historique dramatique pour l’histoire de l’humanité, l’ambassadeur de la Russie à précisé que «l’histoire de la Seconde Guerre mondiale a été réécrite à maintes reprises. Malheureusement, aujourd’hui il y a trop de mensonges éhontés autour de cet évènement. D’aucuns mûs par leurs intérêts privés conjoncturels s’attribuent les mérites qui ne leur reviennent pas, d’autres essaient de se décharger de la responsabilité des crimes commis, les autres ne cessent d’exploiter le mémoire des victimes et des héros tombés», c’est une manière pour l’ambassadeur de la Russie de rappeler à l’ordre les pourfendeurs de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale qui ont appréhendé cette période la plus sombre de l’histoire de l’humanité avec un œil réducteur et falsificateur des faits en allant jusqu’à dénaturer le processus réel de déclenchement de ladite guerre et sa fin en occultant le rôle déterminant et prépondérant de l’ex-Union soviétique.
Cette lecture voire une histoire unilatérale de l’Occident, avait escamoté les vraies motivations et la genèse de cette Seconde Guerre mondiale et le rôle de l’Europe incarnée par l’Angleterre et la France dans la mise en place d’une situation favorisant l’émergence d’un monstre comme Hitler.
Dans ce sens, l’ambassadeur a souligné qu’«il n’est pas très surprenant que de telles tentatives soient essentiellement entreprises par des pays qui ont démontré juste avant la Seconde Guerre mondiale des modèles d’hypocrisie historique jusqu’à ici inégalés. En particulier, pour ne pas parler de la trahison de Munich de 1938 (ses participants ont été l’Allemagne, la France, L’Angleterre et l’Italie) qui a mené à l’occupation de la Tchécoslovaquie aussi bien qu’à la signature ultérieure de la déclaration de non-agression mutuelle anglo-allemande et franco-allemande, certains partenaires occidentaux tiennent à mettre l’accent sur le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939 qui a été pour notre pays une mesure nécessaire de défense dans les conditions de la réorientation de l’agression allemande vers l’Orient ayant pour cause des efforts des Etats susmentionnés», a indiqué l’ambassadeur de la Russie.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours