{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ligue 1

Les grèves se multiplient

Les joueurs ne trouvent, désormais, aucune autre solution que celle de recourir aux mouvements de grèves, pour mettre la pression sur leurs responsables et récupérer leur dû.

La nouvelle saison 2021-2022 de la Ligue 1 de football professionnel a été caractérisée par plusieurs mouvements de grèves des joueurs de l'élite, contestant la non-régularisation de leur situation financière respective. Mais ce qui se fait remarquer, c'est que cette situation n'a pas empêché ces mêmes clubs en crise d'engager de nouveaux joueurs! Ainsi, à Sétif, il y a lieu de rappeler que depuis l'hiver dernier, le groupe a multiplié les grèves pour revendiquer d'être régularisé. La direction du club a réussi, tant bien que mal, à contenir à chaque fois la colère des joueurs, mais la situation finit par refaire surface, faute de ressources financières. Le président du conseil d'administration et porte-parole du club, Abdelhakim Serrar, a tiré plusieurs fois la sonnette d'alarme, mais ses appels sont restés lettre morte. D'ailleurs, il avait même touché le président de la FAF pour solliciter une avance financière avant la récupération des parts de l'EPTV. D'ailleurs, les joueurs ont même reçu le soutien de leur coach tunisien, Nabil Kouki. Et aux dernières nouvelles, le wali de Sétif a reçu des responsables du club, afin de trouver une solution à cette situation qui perdure. Pour le moment, les joueurs ont repris les entraînements et ont même disputé des matchs de championnat. Mais, il semble que la situation ne va pas se régler dans l'immédiat. Un autre club qui souffre aussi de cette situation des grèves des joueurs, c'est le club de l'ASO Chlef. La direction du club a engagé plusieurs nouveaux joueurs, mais il y a eu un manque du côté des joueurs offensifs, et c'est ce qui pose la problématique de la ligne offensive de l'équipe, qui n'arrive pas à remplir ses missions convenablement. La 15e place qu'occupe le club de Chlef est illustrative de cette situation qui a fait que les joueurs n'ont eu comme autre manière de faire la pression que la grève des joueurs, en vue d'être régularisés sur le plan financier. Et c'est l'impasse. Le RC Relizane a tellement souffert, de son côté, de cette histoire des grèves des joueurs, au point que le staff technique a même joué des matchs de championnats avec des joueurs de la réserve. Quelques joueurs seniors ont fait grève et veulent ainsi mettre la pression sur les responsables qui n'arrivent toujours pas à trouver des solutions. L'US Biskra, et après un carton plein de 3 victoires en autant de rencontres, le plaçant comme le leader incontesté du championnat, s'est déplacée à Alger avec les jeunes pour affronter l'USMA et perdre (0-3). Même le coach Youcef Bouzid n'a pas fait le déplacement, lui qui se dit «solidaire» avec ses capés. Le MC Oran, lui aussi, souffre, mais c'est encore plus grave chez les Hamraoua, car une crise interne empêche les responsables de travailler dans la sérénité. Déjà que l'équipe est sans coach, puisque c'est l'entraîneur des espoirs, Aïssa Kinane qui assure les entraînements de l'équipe pour préparer le prochain match de championnat en vue de jouer contre le NA Hussein Dey. Et les joueurs qui ont fait grève avant de reprendre les entraînements ont laissé un peu de répit aux responsables, mais cela ne va certainement pas durer longtemps...
Enfin, le MC Alger, pourtant bien soutenu financièrement par la Sonatrach a également vécu une grève des joueurs qui revendiquent la régularisation de leur situation financière. Certains ont même eu recours à la CNRL, voire aller au Tribunal arbitral du sport (TAS) pour récupérer leur argent. Le président du conseil d'administration Ammar Brahmia, ne veut plus que le club gaspille beaucoup plus d'argent qu'il n'en faut et a même limité le «budget» de l'équipe. Les joueurs ont repris les entraînements, mais, là, aussi, il ne faut pas écarter un autre recours à la grève. Et ce qui est tout aussi remarquable, c'est qu'on a l‘impression que des responsables de clubs ne retiennent vraiment pas bien leurs leçons, puisqu'ils connaissent cette situation depuis bien longtemps...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours