{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ligue 1 Mobilis : Après la déconvenue face à la JSK

Aucune amélioration pour les Hamraoua

Cette défaite à domicile est d'autant plus amère, qu'elle interpelle l'entraîneur de cette équipe du MC Oran, Kheireddine Madoui, appelé à revoir sa copie.

Contrairement aux prémonitions de l'entraîneur des Hamraoua, Kheireddine Madoui, la rencontre, qui a opposé ce samedi au stade Zabana, l'équipe locale du MC Oran et la JS Kabylie, n'a aucunement tenu toutes ses promesses, hormis le fait que ce match a souri aux représentants du Djurdjura qui ont fini par s'adjuger leurs 3 points, enflant ainsi leur recette et sauvant par-là même leur périple loin de leurs bases. Cette défaite à domicile est d'autant plus amère qu'elle sera sans aucun doute riche en enseignements pour le coach Madoui. Ce dernier est invité à revoir sa copie sur tous les plans, notamment dans les départements défensif et offensif, tout en prenant en compte le rôle important du milieu offensif qui a brillé par son immobilité durant pratiquement tout le long du match.

Le moins mauvais a gagné
En effet, passifs ont été les protégés de Madoui qui n'ont rien pu faire pour tenir les promesses pour lesquelles ils se sont engagés avant le match. Pour preuve, les représentants de la ville des Genêts ont, certes dans un match terne, saumâtre et sans aucun goût, fini par s'imposer et imposer leur logique en infligeant aux Hamraoua un score lourd de 3 buts à un. Comment et pourquoi n'a-t-on pas réussi ni pu ni su assumer le minimum ne serait-ce que pour finir le match par un score de parité? Là est la question qui s'impose. Dans cette rencontre entrant dans le cadre de la 8e journée du Championnat national, les poulains de Madoui ont entamé le premier half en assurant le minimum et sans aucune efficacité à telle enseigne qu'ils se sont illustrés par un déséquilibre notable et perceptible, aussi bien au niveau du milieu de terrain qui peine à franchir la ligne médiane, qu'au niveau du département offensif où les joueurs ont, eux aussi, brillé, par leur statisme total à tel point qu'ils semblaient manquer d'engagement physique, de cohérence et de coordination. Autrement dit, les joueurs du MC Oran n'ont réellement pas réussi à se constituer en bloc soudé ni pu composer ne serait-ce qu'un semblant de jeu, tellement ils étaient faibles et affaiblis par le poids de ce match important, en plus du fait que leurs invités ne sont aucunement venus faire de la figuration.
Attentifs et obéissants, les joueurs de la JS Kabylie ont sans aucun doute appliqué à la lettre les recommandations et conseils de leur entraîneur qui a changé de stratégie tactique à l'issue de la première mi-temps, tout en prenant en compte les failles de l'équipe oranaise. Pour preuve, ils ont, à un quart d'heure de la seconde mi-temps, réussi à faire vibrer les filets du Mouloudia d'Oran, grâce à une attaque furtive orchestrée par Mammeri qui a, sur un plateau en or et à point nommé, servi son coéquipier Boualia sur une passe en retrait très précise. Bien positionné à quelques mètres de la lucarne adverse, Boualia n'a pas raté cette occasion qu'il a saisie pour signer joyeusement le premier but, annonçant ainsi l'ouverture du bal. Ce but est d'autant plus boostant que la JS Kabylie a récidivé illico presto, grâce à l'attaquant Berkane qui a signé un second but. Assommés et sonnés, les joueurs du MC Oran se sont par la suite lancés dans une quête de leur identité durant tout le reste du match. Il aura fallu attendre les dernières minutes de la rencontre pour que le MC Oran puisse réduire le score grâce à Naâmani qui a profité d'une sortie hasardeuse du gardien Rahmani pour niveler la marque. Quelques instants plus tard, la JSK corse la note par l'intermédiaire de Dadi Mouaki en transformant un penalty justement accordé par l'arbitre. Si cette rencontre a été marquée par un faible niveau de prestations fournies par les deux équipes, il en est totalement autre pour le MC Oran jugé de piteux au rendement catastrophique. D'autres estiment que le «MC Oran manque cruellement d'équipe et de surcroît de joueurs combatifs pouvant s'imposer dans de pareils challenges».

Le public du MCO mérite mieux
La note complète est, en revanche, attribuable, aux supporters qui ont marqué leur présence en force dans les gradins du stade Ahmed Zabana, hissé haut, et sans fléchir ni rougir malgré la défaite, les couleurs Rouge et Blanc du MCO et avalé par-là même cette lourde débâcle, tout en étant convaincus que l'équipe du Mouloudia d'Oran est en phase de reconstruction totale. Il en est de même pour les fans de la JS Kabylie qui, dans un climat serein, ont encouragé leurs représentants loin des esprits chauvins.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré