{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Gestion des collectivités locales

Les Annabis doutent…

Après plus d'un mois de leur élection à la tête des APC de la wilaya d'Annaba, les nouveaux élus n'arrivent toujours pas à amorcer l'élan de la gestion escomptée. En effet, rien n'a encore changé comme en témoigne le constat relevé dans l'ensemble des communes de la wilaya où la situation n'a pas changé d'un iota, hormis quelques opérations timides engagées, ici et là, par quelques nouveaux P/APC. Les uns ont fait de la démolition des constructions illicites leur cheval de bataille, les autres ont décidé d'interdire la vente des journaux en dehors des kiosques, sur le Cours de la Révolution.
Entre les uns et les autres, il y'a ceux qui n'ont toujours pas trouvé une action pour se démarquer. Or, le plus judicieux aurait été de prendre d'abord en charge le cadre de vie des populations de leurs circonscriptions de compétence.
C'est à quoi aspire le citoyen, dont le cadre de vie continue de sombrer dans une dégradation démesurée. En effet, le ramassage des ordures ménagères au niveau d'Annaba, continue de susciter l'exaspération des habitants, en raison du nombre réduit de rotations quotidiennes des équipes de collecte relevant de l'APC d'Annaba. Selon plusieurs citoyens habitant divers quartiers de la commune d'Annaba ‘'seuls les quartiers huppés, le centre-ville et les sites des administrations sont ciblés par la collecte des ordures ménagères'', nous dit-on. Situation qui prévaut depuis plusieurs mois déjà. Du pareil au même et les mêmes propos sont entretenus sans divergence par les habitants de plusieurs quartiers où les arrières rues croulent sous des tas de d'ordures. Afin d'en savoir davantage sur cet état de fait, vivement dénoncé par les habitants, nous avons tenté de joindre certains nouveaux P/APC, dont celui d'Annaba, Sidi Amar et El Bouni entre autres, mais peine perdue. À priori et selon certaines sources ‘'il s'agit d'une période qualifiée de creuse et les nouveaux élus tentent de trouver les solutions adéquates afin de combler les manquements dans la relève des déchets ménagers'', nous dit-on.
D'autre part, les mêmes sources ont mis en avant «les moyens dont disposent certaines communes». Néanmoins, les responsables communaux ‘'ne ménagent aucun effort et oeuvrent pour éviter que la situation ne se complique davantage'', ont précisé les mêmes sources. En attendant qu'un vrai programme de collecte d'ordures ménagères et d'amélioration du cadre de vie soit adopté, il est utile de souligner que le citoyen n'entend pas de la bonne oreille les contraintes auxquelles font face leurs responsables communaux. Car, pour le citoyen, la raison de la présence de ces responsables au sein des collectivités locales est le choix fait lors des élections locales du 27 novembre dernier.
«On a voté pour ces Maires, parce qu'ils nous ont sollicité à travers une campagne électorale faites de promesses quant à la prise en charge des préoccupations citoyennes», a fait savoir, un habitant de la Plaine Ouest. Notre interlocuteur s'est dit bien déçu de la situation inchangée de sa cité et de toute la commune «il semble que les discours de la campagne électorale des dernières locales, n'ont été que du bouillon pour les morts», a lancé notre interlocuteur. De même pour les habitants du Pont-Blanc où, l'insalubrité régnant en maîtresse dans toutes les cités, ne semble pas déranger pour autant les nouveaux élus.
Ces derniers sont mis à l'indexe par les populations, les accusant de perpétrer la «politique des fausses promesses». Alors, Messieurs les élus, qu'en est-il des promesses de la campagne électorale?

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours