{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Oran

111 harraga arrêtés

Parmi les candidats à l’émigration clandestine figurent 46 ressortissants de nationalité marocaine.

Implacable et ouverte sur tous les fronts. Telle est la première lecture à donner aux bilans marquant la lutte contre le phénomène du siècle, la traite humaine connue sous la sinistre appellation de la harga. Ce fait se poursuit en dépit de toutes les mesures l’interdisant. En revanche, le rempart sécuritaire mis en place un peu partout dans les côtes d’Oran est d’autant plus serré qu’il est infranchissable à telle enseigne que ces barrons investis dans ce créneau sont pris par les filets tendus par les éléments de la Gendarmerie nationale. Nombreux sont, ainsi donc, les réseaux qui viennent d’être décapités. Dans une opération d’envergure qu’ils viennent d’enclencher, les gendarmes d’Oran ont réussi à arrêter 111 individus dont 45 passeurs et 26 individus de nationalité marocaine. La même opération s’est soldée par la saisie de huit embarcations, cinq moteurs de différentes puissances, huit voitures utilisées dans les mouvements de passeurs et le transport des candidats à l’Eldorado incertain, 42 jerricans contenant 1260 litres de carburant, une somme d’argent de prés de 5 millions de dinars et une seconde en devise de l’ordre de 3290 euros, en plus de la saisie des passeports, des armes blanches et des bombes lacrymogènes.
«La réussite de cette offensive est le fait de l’exploitation rigoureuse des renseignements faisant état des mouvements des suspects et l’intensification des sorties sur le terrain avant que la Gendarmerie nationale ne mette en place une stratégie tout aussi parfaitement ficelée», a-t-on expliqué, soulignant que «la tactique adoptée a consisté en la fermeture du moindre espace susceptible d’être emprunté par ces passeurs et ces candidats à la harga». Aussitôt le camp est levé, les mis en cause ont été soumis à l’enquête avant d’être présentés devant le parquet accompagnés des dossiers aux lourds chefs d’inculpations reposant sur les délits liés à l’organisation des traversées clandestines en contrepartie des sommes d’argent, blanchiment d’argent, non-dénonciation du crime portant le sceau de l’émigration clandestine dans le cadre du crime organisé, association de malfaiteurs, détention des armes blanches de 6e catégorie sans aucune justification. Dans un autre coup de filet qu’ils ont opéré en début de semaine passée, les éléments de la Gendarmerie nationale d’Oran ont réussi à démanteler plusieurs réseaux criminels internationaux, Ces derniers sont spécialisés dans l’organisation de voyages clandestins par voie maritime. Dans le sillage de cette offensive, prés de 220 arrestations ont été opérées, parmi lesquelles figurent 46 ressortissants de nationalité marocaine et trois autres syrienne. La même opération a été sanctionnée par la saisie de 12 embarcations et neuf moteurs. Lors de cette opération, les gendarmes ont saisi deux sommes d’argent, la première en monnaie nationale qui est de l’ordre de 2.32 millions de dinars tandis que la seconde s’élève à plus 6 000 euros, en plus de la saisie de 500 dirhams marocains, des passeports et des téléphones portables. Le mois d’aout est-il significativement synonyme du renforcement du processus de la lutte contre ce phénomène ? Rien n’indique le contraire si l’on prend en compte les bilans réalisés durant la période allant du 2 au 22 août. En effet, les gardes-côtes ont, un peu partout dans les cotes algériennes, mis à plat plusieurs tentatives d’émigration clandestine. Dans cette offensive, pas moins de 356 individus ont été arrêtés alors qu’ils étaient embarqués à bord d’embarcations artisanales. Durant la même période, les mêmes services ont arrêté 659 immigrants clandestins de différentes nationalités. Une semaine auparavant, 28 personnes ont été interceptées par les éléments de la sécurité de la wilaya de Boumerdès, ces derniers s’apprêtaient à prendre le large de la mer. A Oran, neuf candidats, cinq citoyens algériens et quatre marocains, ont, durant la même période, été arrêtées. Il en est pratiquement de même pour les opérations menées dans la wilaya de Mostaganem, ces dernières ont été sanctionnées par la mise à plat de sept tentatives d’émigration clandestine et l’arrestation de 52 personnes.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré