{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Trois ateliers pour réviser ses missions et ses attributions

Les nouveaux «habits» du wali

Les trois ateliers consacreront une nouvelle étape qui sera marquée par la révision de fond en comble de la mission du wali.

Les objectifs de la deuxième journée de la rencontre gouvernement-walis sont situés au niveau de la mise en place de leviers pratiques qui vont permettre aux walis d'être plus efficaces et opérationnels. C'est le but des trois ateliers mis en branle lors de la première journée de la quatrième édition de la rencontre.
Trois ateliers ont été désignés pour redonner aux walis leurs prérogatives d'avant 1990 du siècle écoulé. Le rôle central «du wali dans le processus du développement économique local» est l'atelier phare dont les walis doivent s'appliquer pour le concrétiser sur le terrain en coordination avec les services du Premier ministère dans la perspective d'asseoir une nouvelle approche de gestion pour mettre «en valeur des potentialités économiques locales, la promotion et la valorisation des ressources humaines pour agir en qualité de leader et de moteur de développement local», selon les recommandations et les résolutions prises en la matière.
Les nouvelles missions dont le wali se verra investi, ont été traitées par le premier atelier en insistant sur l'«accompagnement des réformes engagées en matière de renforcement de la décentralisation par l'adaptation des textes juridiques comportant des rôles bien définis pour les divers intervenants dans le processus de développement économique local», note-t-on. La promotion de l'économie nationale et du développement local à l'aune des nouvelles dispositions du Code de l'investissement est un dossier qui lui a été réservé dans un autre atelier qui consacre sa réflexion et ses propositions autour de l'accélération dans la mise en oeuvre d'une stratégie de gestion de la sphère économique et des investissements avec tout ce que cela implique comme engagement dans la gestion du foncier industriel et l'accompagnement des projets en facilitant l'acte d'investir.
L'atelier 2 est consacré à la manière de booster les investissement et de la redynamisation du développement local. Cet atelier fait de «cadre juridique rénové pour redynamiser les investissements: quel rôle pour les collectivités locales?», un point focal.
Le Premier ministre est intervenu lors du lancement des travaux des trois ateliers pour sommer les walis sur la question du foncier industriel. À ce propos, le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane a souligné que «l'attribution du foncier industriel dans le cadre de l'investissement ne doit être octroyé qu'à ceux qui le travaillent», allusion faite aux vrais investisseurs qui apportent leur plus-value et qui contribuent dans la création de la richesse et de l'emploi.
Le deuxième atelier se chargera de clarifier «et de préciser les missions que devront assumer les collectivités locales, notamment les walis, dans le nouvel environnement juridique relatif à l'investissement, caractérisé par la promulgation d'une nouvelle loi et de tous les textes d'application y afférents», précise-t-on.
Le troisième atelier aura à cerner et maîtriser les ressources financières et la réduction de la «prédominance de la dépense publique». Cet atelier s'attellera à « diversifier les ressources de financement des collectivités locales pour assurer leur développement et répondre efficacement aux attentes des citoyens».
Les services du ministère de l'Inérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire ont souligné à propos de cet atelier 3 que le rôle essentiel de ce dernier est de «définir des voies et moyens de la diversification des sources des collectivités locales et d'aboutir au terme de cette rencontre à des solutions concrètes pour parer au déficit financier des wilayas et communes», mentionne-t-on.
Il est clair que la rencontre gouvernement-walis dans sa quatrième version sera une étape décisive pour les walis de la République. Les trois ateliers consacreront une nouvelle étape qui sera marquée par la révision de fond en comble de la mission du wali qui est appelé à passer du statut d'un gestionnaire à un autre statut, celui d'un manager et un «moteur» de développement local et de la redynamisation du secteur économique et des investissements.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours