{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Numérisation de l’activité portuaire

Le second front de Beldjoud

La plateforme numérique de la communauté portuaire doit être généralisée à tous les acteurs pour conférer davantage de flexibilité au traitement des marchandises.

D'une importance capitale, la maîtrise du flux des marchandises au niveau des ports, entre dans le cadre des grandes réformes économiques engagées par l'État. L'heure étant à l'éradication des freins qui minent l'activité commerciale et à l'optimisation des systèmes de gestion. C'est dans cette optique que le ministre des Transports, Kamal Beldjoud, a présidé jeudi à Alger, une réunion de coordination consacrée à l'examen des mécanismes à même de faciliter les procédures liées au déchargement et au chargement des navires. cette dernière a porté sur «la nécessité d'utiliser la plateforme numérique de la communauté portuaire (Apcs) et de la généraliser à tous les acteurs pour conférer davantage de flexibilité au traitement des marchandises au niveau des ports nationaux et éviter ainsi les amendes de retard pour les navires et les conteneurs qui privent le Trésor de devises». Une orientation qui nécessite une réelle réorganisation des activités portuaires, visant à s'éloigner des pratiques anciennes, et de l'anarchie qui a plongé cette activité dans les méandres de la corruption et de la bureaucratie. Cela étant, il est nécessaire pour passer à une gestion plus efficace, d'identifier les vraies failles et dysfonctionnements. C'est dans cette optique que Beldjoud a précisé que «la réunion avait permis de dresser un état des lieux au niveau des ports et de convenir des mesures à prendre dans les meilleurs délais pour limiter cette hémorragie de devises». Il faut dire qu'au-delà du préjudice financier, cette mesure vise à impacter positivement le fonctionnement des secteurs stratégiques, qui se trouvent tributaires de l'approvisionnement direct et de l'activité portuaire. Autrement dit, un traitement plus efficace du traitement des marchandises permettrait à ces secteurs de réaliser leurs objectifs dans les délais fixés, et asseoir des prévisions fiables. À ce titre, le ministre de l'Intérieur a affirmé que «La solution la plus appropriée serait de numériser les services de tous les intervenants au niveau des ports, qu'il s'agisse des services du commerce, de l'agriculture, des douanes, de la police, et autres».Il y' a lieu de convenir que la numérisation de cette activité permettra aux opérateurs de tous les domaines, de bénéficier d'une banque de données et d'une célérité dans le traitement des dossiers liés au commerce extérieur. Dans ce sens, la conjugaison des efforts des différents intervenants, est plus que nécessaire, dans la mesure où elle permettrait d'aboutir au lancement de cet outil dans les plus brefs délais. C'est dans ce sillage, que le ministre de l'Agriculture Abdelhafid Henni a mis en avant «l'importance extrême de cette réunion, notamment pour couvrir le marché et les besoins des citoyens en produits stratégiques de large consommation, à travers la numérisation de la gestion de tout ce qui a trait aux conteneurs et aux navires au niveau de tous les ports à
travers le territoire national, pour l'aboutissement à des résultats à court terme une fois tous les points faibles maîtrisés». Pour sa part, le ministre du Commerce,Kamel Rezig, a précisé que «la mission des surestaries repose sur une action commune. Cette réunion est une étape d'un processus amorcé depuis des mois concernant le traitement des dysfonctionnements et des problèmes liés aux retards de conteneurs ou des navires». 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours