{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les éleveurs d'ovins alertent les pouvoirs publics

«Le prix de la viande rouge flambera»

Alors que le mois de Ramadhan approche à grands pas, la situation de la filière des viandes rouges empire à vue d'oeil.

La Fédération nationale des éleveurs d'ovins alerte les pouvoirs publics sur le risque de flambée des prix de la viande rouge en général et de l'ovine en particulier à l'approche du mois de Ramadhan. Les responsables de la Fédération imputent cette nouvelle situation caractérisée par le spectre de la hausse vertigineuse des prix de la viande rouge, au manque de l'aliment du bétail et sa cherté qui frise l'invraisemblable. A ce propos, les professionnels de la filière ovine justifient cette augmentation, qui va se répercuter sur la consommation de la viande rouge durant le mois de Ramadhan, à la hausse aussi du prix du «quintal de son et de l'orge, 4500 et 5000 DA et de la botte de foin ainsi que celui de la chaume, 3000 et 1500 DA», affirme les responsables de la Fédération nationale des éleveurs d'ovins.
L'aliment du bétail est le point nodal de la crise qui frappe les éleveurs d'ovins et le risque de devoir quitter cette filière et l'abandonner à cause du manque de subventions et de soutien de la tutelle en la matière. La sécheresse et le manque drastique de la pluviosité participent manifestement dans la détérioration de la filière dont la steppe et la culture fourragère dépendent intrinsèquement. La Fédération nationale des éleveurs d'ovins a interpellé plusieurs fois les services de l'hydraulique dépendant de la tutelle des ressources en eau et des barrages, pour apporter des alternatives techniques dans le but de parer à cette situation lamentable. Les éleveurs ont demandé la mise en place de puits selon les normes dictées par les services de l'hydraulique. Mais selon la Fédération nationale des éleveurs d'ovins, cette dernière tergiverse et n'agit pas sur la base d'un plan d'urgence qui devrait être déclenché pour sauver la filière ovine et répondre à la détresse des éleveurs qui sont menacés de mettre terme à l'activité d'élevage de l'ovin.
La pandémie de Covid-19 est pour beaucoup dans la détérioration de la situation de la filière de l'élevage de l'ovin. La Fédération nationale des éleveurs d'ovins a signalé des pertes importantes dans cette filière et le risque de sa disparition en tant qu'activité est à craindre. C'est cette situation multiple qui a fait que les responsables de la Fédération nationale des éleveurs d'ovins ont tiré la sonnette d'alarme et interpellé les pouvoirs publics pour remédier à la situation critique qui frappe de plein fouet la filière et les éleveurs qui ne cessent de rappeler que leur activité est sérieusement menacée.
Les responsables et les professionnels de la filière d'élevage d'ovins avancent le spectre de la «faillite qui guette la profession et les éleveurs», ont-ils alerté. Dans ce sens, l'importation des viandes rouges comme cela se faisait à l'accoutumée, ne va pas arranger les affaires de la filière de l'élevage d'ovins. La production nationale en viandes rouges va sérieusement en pâtir.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours