{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Professeur Zoubir Harrat, Membre Fondateur de l’Aast, à L’Expression

«Le paludisme est aux portes du pays»

Dans cet entretien, le professeur Zoubir Harrat met en garde contre le déplacement des vecteurs de certaines maladies virales, à la suite de leur adaptation à notre climat. Il s'agit d'une des conséquences inquiétantes qui résultent du changement climatique. L'expert tire, par ailleurs, la sonnette d'alarme sur les maladies virales pouvant être transmises à l'homme par le ‘'malvenu‘' moustique tigre. Ce spécialiste des maladies vectorielles et tropicales dites négligées, et ex-DG de l'institut Pasteur d'Algérie, insiste également sur le poids de l'information scientifique afin de renforcer la lutte pour surmonter les différentes menaces sanitaires.

L'Expression: Bonjour, professeur. Pourriez-vous éclairer nos lecteurs sur le thème de la journée organisée par votre honorable institution?

Professeur Harrat Zoubir: les effets du changement climatique sont les thèmes généraux dédiés la rencontre d'aujourd'hui. Cette thématique résulte d'une réflexion engagée par nos experts concernés par le changement climatique à l'Aast. On s'est dit qu'on doit réunir les spécialistes pour répondre à cette question qui touche la santé de nos citoyens. Nous avons donc invité les différentiels experts directement concernés par la question notamment un représentant de l'OMS, des médecins, des universitaires, des spécialistes en climatologie et même ceux qui s'occupent du développement économique, lesquels ont été représentés par une membre du Cnese, le but étant de sensibiliser tous ces acteurs aux impacts sur la santé du citoyen qui résultent du changement climatique et les travaux de cette journée ont été sanctionnés par l'élaboration d'une série de recommandations, devant servir de mesures destinées à regrouper les intervenants à l'effet d'agir en amont pour parfaire les actions de lutte contre les nouveaux dangers sanitaires qui menacent la santé de nos concitoyens.
Il s'est avéré que les risques et les conséquences liées au changement climatique sont bel et bien réelles, et que l'avenir malheureusement sera plus sombre, si des mesures d'adaptation et d'atténuation ne sont pas prises. Au cours de mon intervention je me suis arrêté sur des cas et des exemples concrets de maladies parasitaires transmissibles à l‘homme, qui résultent du changement climatique, comme la leishmaniose cutanée, qui est une maladie parasitaire.

Au cours de votre présentation vous vous êtes arrêté en tant que spécialiste en la matière, sur le cas du moustique tigre, et des exemples de maladies infectieuses transmissibles à l'homme, dont le paludisme. Pourriez-vous établir un diagnostic sur ces deux menaces?

Le moustique tigre a envahi pratiquement toutes les wilayas du nord du pays. Pour ce qui est de la menace du paludisme, je dirai que le risque est également présent et qu'il est aux portes du pays, au Sahel.

Donc, le constat est, de manière générale, pessimiste, professeur?

Absolument, et comme les intervenants l'on souligné, 2050 c'est demain et il y a urgence de mettre en place les mesures précitées dont la nécessité de renforcer les moyens dédiés à la collecte d'informations sanitaires en lien avec la thématique. Le renforcement du diagnostic précoce au niveau des structures de santé et la mise en place de l'alerte ainsi que l'interconnectivité entre les intervenants impliqués ainsi que le renforcement des compétences en la matière, à travers les formations continues.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré