{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

A l’issue de la troisième session de son comité central

Le FLN appelle Tebboune à briguer un second mandat

Le RND, le Front El-Moustakbal feront de même dans les tout prochains jours.

Le FLN a appelé, ce jeudi, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à se représenter à la présidentielle du 7 septembre pour briguer un nouveau mandant. Le RND, le Front El-Moustakbal feront de même dans les tout prochains jours. S'exprimant à l'ouverture des travaux de la 3e session du comité central du parti, le secrétaire général du FLN, Abdelkrim Benmbarek, a appelé, au nom des membres du CC et de tous les militants du parti, le président de la République à «se présenter à l'élection présidentielle du 7 septembre».
D'après la résolution politique approuvée par le comité central de l'ex-parti unique, le président sortant est «la personne idéale pour mener l'Algérie vers un avenir prometteur». «Considérant les résultats positifs obtenus et les indicateurs encourageants dans plusieurs secteurs, nous sommes fiers et optimistes. Nous devons continuer à travailler pour plus de progrès et de prospérité», a-t-on justifié. L'appel intervient, précise-t-on, «en reconnaissance du mérite et de la sagesse de ses choix, et des acquis importants réalisés par l'Algérie sous sa direction clairvoyante et dans le cadre de la poursuite du processus de réforme, d'édification et de développement».
Pour l'orateur, le nouveau mandat présidentiel ne constitue pas uniquement la revendication du FLN mais aussi «de tous les citoyens dans les quatre coins du pays». «La nouvelle candidature du président Tebboune, digne fils de l'Algérie et serviteur loyal du peuple, est notre souhait commun», a-t-il indiqué. Il s'agit, selon le même responsable, de «consolider la stabilité et poursuivre la marche du développement».
D'après l'homme fort du FLN, «l'appel en question est un gage de loyauté envers le président de la République qui a pris des engagements devant le peuple et les a honorés». C'est pour cette raison, ajoute-t-il, que «nous l'appelons aujourd'hui à poursuivre le processus d'édification de l'Algérie nouvelle».
Le patron du FLN, intronisé le 13 novembre dernier à la tête du parti en remplacement de Abou El Fadhl Baadji, a soutenu que «le choix de sa formation est dicté par le résultat du travail accompli par le président de la République depuis décembre 2019 dans tous les domaines». Il a poursuivi sur sa lancée que «l'Algérie a réussi, grâce à ses choix rationnels, à retrouver sa stabilité à la lumière d'un contexte régional et international de plus en plus complexe et alambiqué». Ne tarissant pas d'éloges à l'égard du chef de l'Etat, il ajoute: «Le succès réalisé par l'Algérie mérite d'être valorisé et consolidé.» Il a également évoqué, à cette occasion, l'alliance dite de «la majorité pour l'Algérie» constituée par le quatuor FLN, RND, Front El-Moustakbal (et le mouvement El-Bina).
Le trio restant (FLN, RND, Front El-Moustakbal) s'attèle à organiser conjointement une conférence nationale dans les prochains jours.
Cette coalition, à laquelle se rallieront d'autres formations politiques, des organisations de masse, des organisations syndicales et différentes personnalités politiques, compte organiser un conclave qui se soldera par un appel collectif au Président sortant pour briguer un deuxième mandat. Enfin, il a appelé d'autres formations politiques «à garantir le succès de la prochaine échéance présidentielle

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours