{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Médicaments

Le casse-tête des pénuries permanentes

Le nombre de marques de produits pharmaceutiques importés s'élève à 247 unités.

La régulation du marché des médicaments, à la lumière des derniers développements des tendances des marchés national et international en ce qui concerne les différents produits pharmaceutiques,vise à réduire la facture d'importation du secteur. Dans ce cadre,«le ministère veille à maîtriser les importations sans pour autant entraîner des pénuries de médicaments», a indiqué, lundi dernier à Alger, la secrétaire générae du ministère de l'Industrie pharmaceutique, Drifa Khoudir. Dans une allocution lors des travaux de la «Journée nationale de la pharmacie», elle a précisé que le nombre des produits pharmaceutiques localement fabriqués a atteint 1102 sur la liste des Dénominations communes internationales (DCI) tandis que le nombre des marques exclusivement importées s'élève à 247 produits. Parmi les mesures prises dans ce sens, figurent l'établissement de certificats de régulation et l'élaboration d'un nouveau cahier des charges pour l'importation, ainsi que la création d'une plate-forme numérique afin de traiter les programmes de production et d'importation.
Il s'agit, aujourd'hui, d'accélérer l'enregistrement des premiers médicaments biothérapeutiques similaires et des médicaments génériques pour «mettre fin au monopole et réduire le prix des médicaments coûteux», estime Drifa Khoudir. «Depuis le début de l'année en cours, 17 médicaments biothérapeutiques similaires ont été enregistrés pour la première fois», a-t-elle ajouté. Il faut savoir que l'Observatoire national de veille sur la disponibilité des produits pharmaceutiques est en voie d'établissement, en associant le Comité des experts cliniciens, une liste de médicaments importés et produits localement remboursables, dont le ministre de l'Industrie pharmaceutique veille à sa disponibilité, ce qui a permis d'orienter les prescripteurs vers les médicaments qui sont sur le marché actuellement. Le programme prévisionnel d'importation de médicaments (PPI) pour l'année 2021, établi par le ministère de l'Industrie pharmaceutique, permet une baisse de la facture d'importation de l'ordre de 40% par rapport à 2019, ce qui représente un montant de 800 millions d'euros, avait indiqué le directeur des activités pharmaceutiques et de la régulation au ministère de l'Industrie pharmaceutique,le docteur Bachir Alouache. Cette «perfor-mance» réalisée grâce à une démarche «inédite» initiée par le ministère de l'Industrie pharmaceutique, par rapport à l'année précédente où elle s'était élevée à deux milliards de dollars, a précisé ce cadre du ministère. cette économie «considérable» a été réalisée en conciliant les besoins nationaux en médicaments et les stocks existants, a expliqué le docteur. Alouache. Il a considéré que ce résultat reflète les objectifs de la régulation du marché du médicament en Algérie qui s'articule autour de trois axes essentiels: assurer la disponibilité des médicaments, développer l'industrie pharmaceutique locale et faire baisser la facture d'importation des médicaments. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours