{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Face aux multiples dangers qui guettent le continent

Lamamra prône la digue «panafricaine»

Le président Sassou-Nguesso a fait part du «soutien de son pays aux démarches algériennes en faveur de la paix et de la stabilité» en Afrique.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, a fait sienne cette citation de Massinissa le roi numide qui décréta, il y a plus de 2000 ans: «L 'Afrique aux Africains». Lors de son entretien avec le président Sassou Nguesso, qui l'a reçu au terme de sa visite au Congo Brazzaville, le ministre des Affaires étrangères a prôné la digue «panafricaine» pour «faire face aux maux qui minent le continent. Le terrorisme est l'un des plus grands défis qui se dressent devant la marche du continent noir. Le chef de la diplomatie algérienne a alerté sur « la montée inquiétante» de ce fléau en Afrique insistant à « développer une volonté politique» afin de parvenir à «s'attaquer aux causes sous-jacentes du terrorisme, quelle qu'en soit la nature». Le président congolais et le ministre algérien ont convenu qu'«il est impératif d'agir de concert avec les autres bonnes volontés à travers le continent, pour apporter des solutions justes et durables, à l'ensemble de toutes ces situations». L'audience a permis aux deux responsables de passer en revue les relations bilatérales privilégiées et solides entre les deux pays. Ils ont également échangé les vues sur les derniers développements sur la scène continentale, notamment les situations prévalant dans nombre de zones de conflit dans le continent africain et le défi imposé par l'élargissement de l'ampleur et la montée de la menace terroriste. Les entretiens ont été couronnés, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, par «l'engagement des deux pays à oeuvrer de concert pour raffermir la solidarité entre les pays africains». Un engagement de taille dans cette conjoncture marquée par de graves perturbations souvent imposées à l'Afrique par des forces étrangères. Une situation qui impose de hisser l'action africaine commune face aux défis, notamment sécuritaires et politiques «dans le respect des principes de l'acte constitutif de l'Union africaine afin de trouver des solutions africaines aux problèmes africains». Affirmant le soutien de l'Algérie aux efforts consentis par la République du Congo à la tête du Comité de haut niveau de l'UA sur la Libye, Ramtane Lamamra a relevé l'importance d'assurer «l'appui nécessaire aux frères libyens pour la réussite de l'important rendez-vous électoral prévu avant la fin de cette année». De son côté, le président Sassou-Nguesso a fait part du «soutien de son pays aux démarches algériennes en faveur de la paix et de la stabilité en Libye et dans d'autres régions du continent», saluant «son engagement ferme au profit des causes du continent». Le président congolais a également chargé Lamamra de transmettre ses salutations à son frère, le président Abdelmadjid Tebboune, exprimant sa volonté à oeuvrer avec lui en vue de promouvoir les relations bilatérales, concrétiser les objectifs escomptés à travers les agendas continentaux dans les domaines de la paix, de la sécurité. L'Algérie et la République du Congo sont unies par des liens historiques et politiques forgés par la conviction partagée des principes de dignité humaine et de solidarité africaine. Depuis les deux dernières années, une nouvelle dynamique a marqué les relations entre les deux pays, notamment par les échanges de visites ministérielles et la coordination régulière sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours