{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Un mémorial pour des amis de l'Algérie combattante

La gratitude du peuple algérien

«Qui paie ses dettes s'enrichit», dit un proverbe largement usité chez nous. Cette expression fait la morale en indiquant que lorsque l'on rembourse ses dettes, on s'enlève un poids. Il s'agit là bien entendu, d'un enrichissement moral et non pas pécuniaire. Ce geste humaniste de reconnaissance est de nature à anoblir l'entité nationale qui songe à lui donner corps. Le moment propice semble venu pour s'acquitter de cette dette.

Par Mahmoud CHABANE*

Et quelle meilleure occasion à saisir que celle du 60e anniversaire de notre indépendance nationale, pour faire l'annonce solennelle de tout un mémorial à ériger en hommage aux ami.e.s de l'Algérie combattante.
Pour rappel, lors de la rencontre avec la presse nationale, le journaliste du quotidien L'EXPRESSION a eu l'ingénieuse idée de formuler, au détour d'une question mémorielle, l'idée de la réalisation d'un mémorial dédié à tous les étrangers qui avaient combattu aux côtés du peuple algérien durant sa longue guerre de Libération nationale, auxquels Monsieur le président de la République n'a d'ailleurs pas cessé de rendre hommage. «Ce serait une reconnaissance appropriée largement méritée que l'État algérien rendra à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de notre indépendance», a suggéré le journaliste! Il convient de reconnaître de prime abord que la réponse apportée le président de la République à ce questionnement, début de citation: «Certes nous délivrons des médailles à ces amis de l'Algérie combattante, pour certains morts aux combats, d'autres guillotinés...mais cette distinction reste insuffisante. Ils méritent notre respect et notre considération. Nous ne les oublierons pas. Celui qui nous a fait du bien on ne l'oublie jamais»! fin de citation, est à la hauteur des attentes. Il faut dire aussi que la réponse ainsi formulée par Monsieur le président de la République à cette question d'importance a été très favorablement accueillie par la société civile qui avait initié et adressé en octobre 2020 une pétition pour lui proposer d'annoncer solennellement l'édification d'un Grand Mémorial National dédié par le peuple algérien reconnaissant, aux ami.e.s de l'Algérie combattante. Ainsi, par son acquiescement à la question du journaliste, Monsieur le président de la République vient de rattraper, à notre grande satisfaction, cette négligence qui n'a que trop duré en rendant un hommage national à ces ami-e-s de l'Algérie combattante qui prélude à l'édification d'un mémorial qui leur sera dédié par l'Algérie reconnaissante. Aussi pour contribuer autant que faire se peut à l'élaboration de ce grandiose projet, il nous est apparu utile de partager les éléments essentiels qui ont inspiré et motivé les signataires de la pétition susmentionnée.
Le grand peuple algérien s'apprête à commémorer comme il se doit dans la dignité et le recueillement le 60e anniversaire de notre indépendance nationale proclamée le 5 juillet 1962, une date qui est et restera pour l'éternité pour tout le peuple algérien, exception faite de celles et de ceux qui ont tourné le dos aux aspirations de leur peuple, une date historique qui enrichit positivement notre Histoire plusieurs fois millénaire.

Rappels utiles
C'est à cette occasion marquante que les Algériens unis comme ils ont su le démontrer avec panache chaque fois que le pays le commande, ne manqueront pas d'honorer comme il se doit et pour la postérité, toutes celles et tous ceux qui ont consenti le sacrifice suprême, pour mettre hors de nos frontières, les forces de l'oppression et de la colonisation et permettre aux survivants de vivre dans la dignité et la liberté retrouvées, ces choses essentielles pour lesquelles, notre jeunesse et notre peuple ont payé un lourd tribut.
Et c'est aussi l'occasion de se rappeler que la justesse et l'universalité de la cause défendue par le peuple algérien avaient suscité un élan mondial de sympathie et de solidarité qui avait rallié à sa cause des êtres humains (seuls des humains combattent le colonialisme barbare) de toutes nationalités, religions, couleurs et origines sociales pour, chacun selon ses moyens, l'aider, l'appuyer, la soutenir et la défendre. C'est indéniablement la conjugaison des efforts consentis par ces deux acteurs déterminés à en finir avec la colonisation et le déclenchement de notre Révolution de Libération nationale qui avaient enclenché le processus inexorable et mondial de décolonisation et d'autodétermination qui ont permis à des peuples en Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes d'accéder à l'indépendance. Il faut dire et redire à nos enfants, autant de fois que nécessaire, que les martyrs tombés au champ d'honneur avaient refusé; de vivre dans l'indignité et de voir leur descendance subir l'humiliation, les souffrances psychologiques, matérielles de tout un peuple plongé délibérément dans la misère noire. Qu'ils sachent aussi, que tous les ami-e-s de l'Algérie combattante, sont traités dans leurs pays de naissance, quand ils ont échappé par miracle à la mort, de traîtres et de collabos, (une insulte suprême proférée à leur encontre), avaient tort de chasser ces bienfaiteurs de ce beau pays et de le nommer Algérie!
Aussi, pour étayer cette affirmation (maltraitance de nos ami.e.s), il convient de rappeler, à titre d'exemple, que tout récemment, Madame Gisèle Halimi, cette inégalable et exceptionnelle Dame qui avait choisi d'écouter son coeur pour défendre inlassablement, sans fléchir et sans rien céder sur ce qu'elle avait considéré comme juste au point de s'engager à défendre des «indigènes», de braver le Code de l'indigénat et les pratiques inhumaines de l'administration coloniale vient de subir à titre posthume. Elle vient de faire les frais d'une cabale orchestrée par des femmes de harkis pour empêcher son entrée au Panthéon
Hélas, l'ordre de priorité des actions de reconstruction du pays et les événements ayant marqué celui-ci durant ces trente dernières années dont les effets dévastateurs n'échappent certainement pas à tout un chacun, ont sûrement fait que cette question de reconnaissance de l'apport de ces justes qui avaient volontairement choisi de défendre notre cause, n'a pas bénéficié de toute l'attention qui lui est due.

Comment formuler la demande?
1. Dans la culture algérienne, un ami n'a pas de prix et pour nos aïeux, les amis les vrais, dont les liens noués souvent dans des circonstances difficiles, douloureuses et très inconfortables, doivent bénéficier de plus d'égards, être considérés et accueillis chaleureusement. Cela est d'autant plus obligeant quand ces amis viennent spontanément apporter leurs aides, souvent au péril de leurs vies, mis au ban de la société, stigmatisés... et ce, de manière désintéressée; ce qui rend encore plus inestimables et grandioses les gestes les plus modestes, et suscite admiration et respect.
2. Le sanctuaire des Martyrs (Maqam Chahid) construit dans les années 1980 dédié, lui, à nos valeureux patriotes tombés au champ d'honneur pour les immortaliser, qui est là pour aider à résister à la culture de l'oubli instillée insidieusement depuis les années 1980 dans le peuple au point de l'amener à se désintéresser de son Histoire et de ceux qui l'ont faite. Il doit nécessairement être complété par la réalisation de ce mémorial de l'amitié appelé, lui, à rendre un vibrant hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont combattu aux côtés du peuple algérien et ont porté haut et fort à l'international son désir de liberté, de justice et d'indépendance. C'est une question de fierté nationale!
3. Le mémorial dont il est question, qui se veut un lieu de recueillement, d'évocation de souvenirs autour d'idéaux partagés, de ressourcement, de rencontres, de diffusion et de partage de connaissances et de documentations traitant d'un pan entier de notre Histoire, constituera à ne pas en douter, la réponse cinglante de tous les patriotes épris de justice, à tous les détracteurs de notre prestigieuse et glorieuse Révolution armée de Libération nationale. En outre, ce mémorial ne manquera pas de générer des retombées positives incommensurables sur tous les plans (historique, économique, diplomatique, culturel, touristique) qui seront, sans l'ombre d'un doute, à la hauteur du prestige dont jouissait notre pays.
4. La réalisation de ce projet d'importance symbolique constitue une manière élégante de signifier à l'ex- puissance impérialiste que le Grand peuple algérien, fidèle à son héritage culturel, historique, civilisationnel, n'oublie pas les ami.e.s qui, hier, spontanément, l'ont aidé, chacun selon ses moyens, à mettre hors de ses frontières le colonialisme barbare et dévastateur.
5. Cette initiative qui s'inscrit en droite ligne du grandiose Mouvement populaire déclenché en février 2019 qui s'est réapproprié de manière pacifique et civilisée forçant le respect, la considération et l'admiration de tous les peuples, leur Algérie spoliée durant de longues années par des «colons» d'un nouveau genre. Aussi, celle-ci est là pour bonifier l'un des acquis majeurs du Mouvement populaire national, en l'occurrence la réhabilitation avec panache de l'Algérien et de la personnalité de l'Algérie éternelle et authentique, celle que nous aimons, mouvement d'ailleurs consacré à juste titre par la nouvelle Constitution.
6. Perpétuer les messages véhiculés par l'importante et solennelle déclaration du premier novembre 1954, très vite décodée par nos patriotes qui ont pris le relais de leurs ancêtres du XIXe siècle pour résister à l'occupation coloniale, la combattre et mener avec détermination l'ultime combat libérateur et émancipateur, qui a sonné le glas de 132 années d'un colonialisme barbare, violent et destructeur.
7. Par ce geste hautement symbolique et significatif, il s'agira d'envoyer un message fort à l'adresse des ennemis de notre grandiose pays qui n'arrêtent pas de chercher à nous nuire, particulièrement en ces moments difficiles marqués par des tentatives de déstabilisation, tout en rassurant nos ami.e.s d'hier et d'aujourd'hui que le Grand peuple algérien n'oublie pas et n'est surtout pas ingrat à leur égard.

Conclusion
À la lumière de ce qui précède, il est aisé de dire et de soutenir objectivement que la meilleure manière de témoigner à ces précieux amis d'hier, à toutes et à tous ces «Justes» notre reconnaissance, c'est indéniablement de symboliser de façon durable cette contribution à notre lutte de Libération nationale en érigeant un Grand Mémorial qui leur sera dédié pour certaines et certains de leur vivant et pour d'autres à titre posthume. Ce Mémorial se doit d'être, un lieu du souvenir et de l'amitié entre les peuples. Il permettra à leur descendance de le visiter pour s'y ressourcer et comprendre la portée historique et humaine du soutien et des aides multiformes apportés au peuple algérien par leurs aînés, ces «Justes» qui n'ont pas hésité un seul instant, à apporter leur contribution à nos combats pour la libération et la construction nationales. Cette réalisation voulue, à ne pas en douter, par le peuple algérien qui vient de démontrer, à travers son Histoire, ses positions immuables en faveur des causes justes et, très récemment à travers son Hirak historique, son haut niveau de maturité et de résilience saluées mondialement, outre le fait qu'il constituera incontestablement une première mondiale, délivrera des messages très forts à l'adresse des détracteurs de notre pays et rendra encore plus pertinente, la Déclaration du premier Novembre 1954.
C'est aussi pour le pays, une manière d'honorer nos valeureux martyrs et de dire sa reconnaissance éternelle et indéfectible à tous ses ami.e.s!

*Cadre à la retraite

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours