{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les contaminations à la Covid-19 explosent

L’heure est grave

Les écoles et entreprises sont en train de se transformer en «clusters» du virus. Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme. Ils appellent à des mesures rapides et fermes!

Intenable! Les contaminations à la Covid-19 explosent. Officiellement, elles frôlent les 700 cas /jour, officieusement elles sont deux, à trois fois plus! Au niveau des laboratoires privés, c'est la grande
«ruée»! «On enregistre une centaine de demandes de tests par jour», indique le gérant d'un laboratoire d'analyses médicales au niveau de la capitale. «Plus de la moitié sont positives, sans parler des faux négatifs», assure-t-il. Au laboratoire, il faut ajouter les autotests qui sont pratiqués à la maison ou dans certaines pharmacies. Il y a également des malades, mais qui refusent de se faire tester, arguant qu'ils avaient une grippe ou une angine. Qui n'a pas un proche, un ami ou un collègue «covidé» durant ces derniers jours?
Des familles entières sont touchées! Les praticiens de la santé sont inquiets! «C'est du jamais- vu! On n'a pas vécu pareille situation durant les 3 premières vagues», affirme un médecin travaillant dans un service Covid. «La circulation du virus a atteint un niveau exponentiel. La contagion va très vite, cela est sûrement dû à l'Omicron», assure le même praticien de la santé. À l'instar de ses autres collègues, il tire la sonnette d'alarme. En effet, les spécialistes de la santé demandent vite une réaction de la part du gouvernement en général et des autorités sanitaires en particulier. «La situation est grave, mais l'inconscience reste totale. Dans les commerces, par exemple, aucun geste barrière n'est respecté», peste un professeur en médecine. «Les masques sont quasiment absents. Il n'y a aucun contrôle ni sanction pour pousser les citoyens à reprendre leurs bonnes vieilles habitudes», soutient-il avec la même colère. Il appelle donc à une réaction vite et ferme pour éviter le pire.
Certains citoyens partagent le même avis! Sur les réseaux sociaux, des appels sont lancés pour que les pouvoirs publics prennent des mesures nécessaires, notamment au niveau des établissements scolaires devenus des «clusters» de la pandémie. Certains, d'entre eux ont même dû fermer leurs portes aux élèves du fait du fort taux de contamination enregistré, que ce soit chez les élèves ou les enseignants.
Des parents ont même choisi de ne pas envoyer leurs enfants à l'école de peur qu'ils soient atteints par ce virus. Le taux d'absentéisme a explosé au niveau de ces écoles, ou même dans les entreprises qui refusent encore de passer au télétravail pour les potes qui le permettent. Dans les hôpitaux, c'est la grande catastrophe. Les places sont de plus en plus chères.
Les services de réanimation arrivent à saturation. De l'aveu même du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, des établissements sanitaires «renvoient» des malades faute de places, notamment au niveau de la capitale. Il a exprimé sa désapprobation quant à cette pratique. «Le ministre de la Santé a réitéré, lundi dernier, son rejet catégorique quant à la poursuite des cas de refus de certains établissements hospitaliers, particulièrement à Alger, d'accueillir les malades ou de leur transfert vers d'autres établissements sous prétexte d'un manque de lits», a indiqué un communiqué du ministère. Il appelle la dénonciation de tout individu auteur de tels comportements quelle que soit sa qualité. Une mise en garde qui, certes, tombe à pic mais les responsables de tels «actes» ont-ils d'autres choix? Est-ce raisonnable de penser que s'ils avaient des places disponibles, ils refuseraient de prendre en charge des malades. Cela ressemble à de la démagogie. On n'a pas besoin de telle chose en ces temps des plus difficiles, on doit plutôt trouver des solutions concrètes pour ce problème de places d'hospitalisations. L'expérience de la 3e vague n'a-t-elle servi à rien? N'a-t-on pas retenu les leçons de ce drame? Un plan d'urgence doit être mis en place afin de pouvoir accueillir vite et de façon adéquate les patients qui nécessitent des soins.
Hôpitaux de fortune, hôtels, lits mobiles... Quelle que soit la forme que cela prendra, l'essentiel est que les malades puissent trouver le minimum qui leur permette de survivre. Nous ne sommes qu'au début de cette vague d'Omicron qui s'annonce des plus dévastatrices.
Les cas vont certainement exploser durant les prochains jours, on doit être prêt pour cette nouvelle bataille afin d'éviter l'effondrement du système sanitaire. Les efforts du ministre de la Santé doivent être soutenus par les autres secteurs, qui doivent eux aussi prendre leurs responsabilités. Cela afin de freiner la course folle de la Covid-19. C'est une question de vie ou de mort...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours