{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La permanence n'a pas été respectée les jours de l'Aïd

Béjaïa ville morte

La plupart des commerces de la ville sont restés fermés malgré la réquisition qui leur a été signifiée par la direction du commerce.

Le scénario des fêtes religieuses se perpétue à Béjaïa-ville. Il ne faut surtout pas avoir un besoin d'un minimum soit-il lors des deux jours de l'Aïd El Adha. Bien que réquisitionnés officiellement par la direction du commerce, la plupart des commerçants de la wilaya de Béjaïa n'ont pas jugé utile de respecter les consignes de la permanence. Ainsi et en dépit des assurances des services de la direction du commerce locale, lesquelles ont indiqué avoir notifié plus de 1000 réquisitions aux commerçants de la wilaya et qu'en accord avec les responsables de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa), la plupart des commerçants de la ville ont gardé le rideau baissé.
En effet, rares étaient les commerçants ouverts durant le premier jour de l'Aïd. Malek avait sillonné la ville de bout en bout pour dénicher un sachet de lait et autres besoins. «J'ai fait trois fois le tour des artères principales de la ville en vain. Il a fallu m'adresser à un automobiliste qui m'a orienté sur la localité d'Ighil Ouazoug où un seul et unique commerçant d'alimentation générale était ouvert», raconte-t-il en ce premier jour de l'Aïd alors qu'il était déjà 11 heures. Le commerçant lui a expliqué que c'est toujours comme ça que cela se passe. Les commerçants font semblant d'ouvrir leurs commerces le matin pour échapper aux services de contrôle, qui, généralement effectuent leurs passages aux environs de 10h, pour s'éclipser ensuite.
Quant au transport en commun, les bus étaient tous à l'arrêt. Pas un bus n'est opérationnel sur les lieux. Les stations de voyageurs de Béjaïa étaient carrément désertes. Hier, deuxième jour de l'Aïd, l'Etub, Entreprise de transport public étatique a mis en place une navette, une sorte de service minimum, qui nécessite une attente de plus d'une heure pour les usagers dans les arrêts.
Par contre, les pharmacies avaient assuré le service minimum. Les commerçants de Béjaïa, toutes catégories confondues donnaient l'impression d'avoir d'autres occupations que de veiller à ce que leurs clients ne manquent de rien.
Dans l'après-midi et plus particulièrement, hier, un léger mieux a été constaté avec l'ouverture de certains commerces au chef-lieu de la wilaya. Il s'agit de cafés, KMS, et marchands de fruits et légumes. Ce n'est pas la première fois que ce scénario se produit au chef-lieu de la wilaya. À Chaque fête religieuse, la ritournelle prend forme laissant dans le désarroi les consommateurs, notamment ceux qui ne connaissent pas les habitudes des commerçants. Quant aux anciens, ils le savent tellement qu'ils ne se risquent jamais à manquer de quoi que ce soit.
Il reste à savoir si les contrôleurs de la direction du commerce ont bien sévi après leurs passages de vérification quant au respect des réquisitions. Logiquement, beaucoup de commerçants et transporteurs seront pénalisés au vu du constat que nous avons établi au premier et au deuxième jour de l'Aïd El Adha. Mais ça c'est une autre affaire dont les conclusions ne pouvaient être connues hier, deuxième jour de l'Aïd.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours