{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La visite vise à renforcer la coopération

Tapis rouge pour Poutine en Corée du Nord

Il s’agit de la première visite en Corée du Nord de Vladimir Poutine depuis 24 ans et de la deuxième rencontre entre les deux dirigeants en moins d’un an.

Le président russe Vladimir Poutine a été accueilli hier avec une cérémonie militaire et un tapis rouge à Pyongyang par Kim Jong Un, lors d'une visite d'Etat au cours de laquelle les dirigeants des deux pays se sont promis de renforcer leur liens.
à l'ouverture d'un sommet bilatéral, le dirigeant nord-coréen a salué l'avènement d'une «nouvelle ère» dans les relations avec Moscou et Vladimir Poutine a remercié son hôte pour son soutien à la politique de la Russie.»Nous apprécions beaucoup votre soutien systématique et permanent de la politique russe, y compris sur le dossier ukrainien», a déclaré Poutine, cité par les agences russes.
A l'issue d'une cérémonie sur la place Kim Il Sung, avec une fanfare militaire et des danses synchronisées, le chef du Kremlin a invité le dirigeant nord-coréen à se rendre à Moscou. Dans la nuit, Kim avait accueilli Vladimir Poutine à son arrivée à l'aéroport, avec une accolade, soulignant un renforcement des relations qui suscite l'inquiétude à Séoul et Washington.
Les Etats-Unis et leurs alliés ont accusé la Corée du Nord de fournir des munitions et des missiles à la Russie pour son opération spéciale en Ukraine et craignent que la visite de Poutine ne débouche sur de nouvelles livraisons.
Le président russe a indiqué qu'un «nouveau document fondamental» renforçant les relations bilatérales à long terme était prêt à être signé. Kim Jong Un a salué avec lyrisme le rapprochement entre Moscou et Pyongyang.
«Les relations entre nos pays entrent dans une nouvelle ère de nouvelle et grande prospérité qu'il est impossible de comparer même à celle de la période des relations soviéto-coréennes du siècle dernier», a déclaré le dirigeant nord-coréen, cité par les agences de presse russes. Il s'agit de la première visite en Corée du Nord de Vladimir Poutine depuis
24 ans et de la deuxième rencontre entre les deux hommes en moins d'un an.
En septembre dernier, Kim Jong Un s'était rendu en train blindé dans l'Extrême-orient russe pour un sommet avec le chef du Kremlin axé sur l'espace.
Lors du sommet d'hier, les deux dirigeants devaient se pencher sur les moyens de renforcer leur coopération militaire, selon des analystes. Moscou et Pyongyang sont alliés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), mais se sont rapprochés depuis l'opération militaire russe lancée en Ukraine en 2022.
«La Russie a besoin du soutien de la Corée du Nord en matière d'armement en raison de la guerre prolongée en Ukraine, tandis que la Corée du Nord a besoin du soutien de la Russie en matière de nourriture, d'énergie et d'armes de pointe pour alléger la pression des sanctions», a indiqué Koh Yu-hwan, professeur émérite d'études nord-coréennes à l'université de Dongguk.
Selon Washington et Séoul, la Russie a fourni à la Corée du Nord son expertise pour son programme de satellites et envoyé de l'aide pour faire face aux pénuries alimentaires du pays.
En mars, la Russie avait utilisé son veto au Conseil de sécurité de l'ONU pour mettre fin à la surveillance des violations des sanctions internationales visant la Corée du Nord, un cadeau majeur à Pyongyang.
La Corée du Sud avait dit jeudi «surveiller de près les préparatifs» de la visite de Vladimir Poutine, qui doit dans la foulée effectuer un déplacement au Vietnam. Quelques heures avant l'arrivée de Poutine à Pyongyang, «plusieurs dizaines de soldats nord-coréens ont franchi la ligne de démarcation militaire», selon l'état-major sud-coréen. D'après la même source, cette incursion -la deuxième en moins de deux semaines- était accidentelle.e.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours