{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Réunie en Tunisie

L’Union des tribus libyenne lance une initiative pour résoudre la crise

C'est à partir de Tunis que l'Union des tribus libyenne a lancé, voici deux jours, un appel pour une initiative baptisée «Restitution de la patrie et construction de l'Etat» et destinée à promouvoir une sortie de crise trop longtemps attendue par le peuple libyen dans son ensemble. Intervenant au lendemain des graves affrontements qui ont opposé, à Tripoli, des milices les unes favorables au gouvernement d'union que préside Abdelhamid Dbeibah et les autres soutenant son rival Fathi Bachagha, investi par le Parlement siégeant à Tobrouk, cette nouvelle sortie des tribus s'inscrit dans la voie d'une organisation consensuelle de la transition, seule garante d'une véritable construction de l'Etat. Les participants n'ont pas caché leur rejet de la tutelle internationale et des ingérences étrangères et ils ont plaidé en faveur d'une Charte nationale qui dicte les conditions d'une démarche salutaire pour la Libye, axée sur le retrait de la légitimité aux organes politiques existants et l'attribution au Conseil de la magistrature suprême de la gestion des affaires du pays jusqu'à la tenue des élections générales d'où les futures institutions puiseront une légitimité authentique. Ils ont, à cet égard, lancé une collecte de signatures exprimant la revendication populaire contre les ingérences étrangères et en faveur de la sécurité et de la stabilité de la Libye. Telles sont, en substance, les recommandations de cette rencontre qui a eu, par ailleurs, des entretiens avec un certain nombre d'organisations tunisiennes telles que l'Association des avocats, la Ligue des droits de l'homme, l'Association des journalistes, le Mouvement populaire et le National Current Movement ainsi que les ambassadeurs de Russie, du Japon et de la coordination de l'Union Africaine. Le vice-président de l'Union des tribus libyenne, Faraj Allouba, a déclaré à l'agence officielle libyenne que le but de cette réunion demeure, avant tout, d'en finir avec la situation absurde que traverse la Libye, conséquence des mécanismes de tutelle internationaux. C'est pourquoi l'Union appelle à la tenue d'une Conférence nationale générale comprenant l'ensemble des tribus du pays, les organisations de la société civile et les organisations internationales des droits de l'homme. Se disant convaincue de la volonté du peuple libyen de rejeter la tutelle internationale et les ingérences étrangères, l'Union des tribus propose une phase de transition au cours de laquelle l'Etat libyen sera construit pas à pas, assorti d'un conseil supérieur pour la sécurité et la défense et elle justifie sa démarche par le constat d'un échec manifeste de tous les organes politiques et de toutes les initiatives en vue de poser les bases d'un Etat viable, en raison des agendas étrangers qui pilotent l'ensemble de ces tentatives.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours