{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Aquaculture d'eau douce: un objectif de production de 3.000 t de poissons en 2024

Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Ahmed Badani a fait savoir, lundi à Alger, que son secteur s'attelait à augmenter le volume de production dans la filière de l'aquaculture d'eau douce à 3.000 tonnes durant l'année 2024 et à 15.000 tonnes durant l'année 2025. 

 

Présidant les travaux d'une journée d'étude sur "L'aquaculture d'eau douce", organisée par la Chambre nationale de pêche et d'aquaculture, le ministre a fait savoir, dans une déclaration à la presse, que son secteur s'attelait à augmenter le volume de production dans la filière de l'aquaculture d'eau douce à 3.000 tonnes durant l'année 2024 et à 15.000 tonnes durant l'année 2025 grâce aux incitations et aux mesures financières et fiscales prévues dans le projet de loi de finances (PLF 2024) au profit de cette filière.

 

Parmi ces mesures, M. Badani a cité la création d'une prime incitative estimée à 50 DA/kg de tilapia produit, l'exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dans les ventes de tilapia par les producteurs et l'application du taux réduit de la TVA dans l'activité de transformation, outre l'accompagnement dont bénéficieront les investisseurs par les services du ministère dans les différentes étapes, y compris la commercialisation.

 

Evoquant l'aquaculture intégrée à l'agriculture, le ministre a fait état de 22.000 agriculteurs activant dans ce domaine, via la réalisation de plus de 100.000 bassins d'irrigation agricole et la formation de 3.210 agriculteurs durant l'année pédagogique 2022-2023 dans le cadre des accords de coopération entre les chambres de la pêche et celles de l'agriculture.

 

Dans ce cadre, M. Badani s'est félicité du "grand" intérêt accordé par les investisseurs à l'aquaculture intégrée aux activités agricoles, soulignant "son importance dans l'augmentation du rendement agricole et la réduction des coûts d'utilisation des engrais chimiques", les eaux d'aquaculture étant riches en engrais naturels qui contribuent à la fertilisation organique des terres agricoles.

 

Afin d'assurer le développement de cette activité, le ministre a fait état d'un accord en cours de préparation avec le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, et qui permettra, à la faveur d'une coopération étroite, notamment avec la Chambre Nationale d'agriculture, l'exploitation d'un nombre plus important de bassins.

 

Il a notamment rappelé les résultats réalisés par Cosider, via sa filiale "AGRICO", dans le cadre d'un investissement agricole dans la wilaya de Khenchela portant sur la production du blé et du maïs sur une superficie totale de 17.000 hectares, par l'exploitation de deux bassins d'irrigation de 40.000 m3 sur un total de 10 bassins d'élevage du tilapia.

 

Cet investissement intégré a permis d'augmenter le rendement de production du blé de 32 à 40 qtx l'hectare à un taux de 25%, la production du maïs de 35 à 45 qtx l'hectare à un taux de 29%, selon le ministre.

 

Dans son intervention à l'occasion, le sous-directeur de l'aquaculture d'eau douce au ministère de la Pêche, Boualem Mohamedi, a indiqué que 46 fermes productrices avaient été enregistrées en 2023, avec l'entrée en production de cinq nouvelles fermes, en sus 54 projets en cours de développement.

 

Il a fait état en outre d'une production de tilapia de 250 tonnes et de 950.000 unités de petits poissons dans des bassins d'eau douce.

 

La journée d'étude a connu la participation de cadres du ministère de la Pêche, des directeurs de wilaya, des directeurs de chambres de wilayas, ainsi que des professionnels du secteurs.

 

L'évènement a permis de poser nombre de préoccupations en lien avec cette filière.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré