{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Il met en garde les arbitres

Sadi: «Je ne pardonnerai plus les erreurs!»

Le dossier d’arbitrage est l’une des grandes préoccupations du président de la FAF, Walid Sadi. Ce dernier compte mettre un terme à l’impunité pour en finir avec les erreurs d’arbitrage à répétition.

Dans des déclarations à l'APS, le président de la Fédération algérienne de football, Walid Sadi, a confirmé l'information donnée par l'Expression, le mois d'octobre passé au sujet du lieu du stage d'avant-CAN. Comme révélé par nos soins, il y a de cela plusieurs jours, le Onze national effectuera un stage de préparation au Ghana ou en Guinée équatoriale. Les Verts doivent d'abord se regrouper au CTN de Sidi Moussa avant de se rendre dans l'un des trois pays proposés pour le stage d'avant-CAN. C'est ce que le président de la FAF a confirmé. «Nous avons trois options devant nous: le Sénégal, le Ghana, et la Guinée équatoriale. Jusqu'au jour d'aujourd'hui, nous n'avons pris aucune décision concernant le lieu du stage pré compétitif, qui sera désigné d'ici le 10 décembre prochain», dira Sadi. Pour rappel, et comme déjà évoqué sur ce site, le Ghana et la Guinée équatoriale ont été les choix privilégiés de Djamel Belmadi.

«Prêt à renvoyer tout le monde»
Le dossier d'arbitrage est l'une des grandes préoccupations du président de la Fédération algérienne de football, Walid Sadi. Ce dernier compte mettre un terme à l'impunité pour en finir avec les erreurs d'arbitrage, décriées de partout. C'est en tout cas ce que Sadi a voulu faire entendre dans ses déclarations à l'APS: «Je ne pardonnerai plus les erreurs d'arbitrage, je suis prêt à renvoyer tout le monde à la maison. Le temps de l'impunité est révolu, il est temps de revoir ce corps», a lâché le patron de la FAF.

«Même les commissaires de match...»
À ce propos, il est utile de rappeler que «la première mesure prise par la commission fédérale d'arbitrage (CFA) pour mettre fin aux erreurs des arbitres, a été de convoquer les officiels pour audition, comme cela a été le cas le mois de novembre passé où 5 matchs des Ligues 1 et 2 étaient concernés par cette nouvelle procédure prônée par le président de la FAF Walid Sadi. «Il n'y aura aucune concession avec les arbitres fautifs, y compris les referees internationaux, quitte à leur retirer leur badge d'international, nous n'aurons à faire aucune différence. Même les commissaires de match sont concernés par cette mise en garde», prévient notamment Sadi

«On ne veut pas voir de scènes de violence dans nos stades»
Appelant à plus de rigueur dans la gestion des rencontres de notre championnat, le président de la FAF a insisté sur l'application stricte et rigoureuse de la réglementation particulièrement en matière de sécurité. «Dans un récent match de championnat, ce n'est pas normal de voir autant de monde sur la main courante. Si un arbitre finit par commettre des erreurs, cela risque de dégénérer dans les tribunes et mettre la sécurité de la partie en péril. On ne veut pas voir de scènes de violence dans nos stades, les arbitres sont appelés à exercer leur mission d'une manière irréprochable pour éviter tout débordement.»

«La VAR est l'un de nos projets majeurs»
Le président de la FAF, Walid Sadi, a rappelé qu'il tenait toujours à son projet de généraliser la VAR dans tous les stades de l'élite algérienne pour minimiser les erreurs d'arbitrage. «L'introduction de la VAR dans notre championnat, constitue l'un de nos projets majeurs, on travaille dessus. Seulement, le processus pour l'intégration de cette technologie dans notre pays nécessite 7 à 8 mois, en plus de son coût élevé, mais on est décidé à franchir le pas.» Promet Sadi.

«On a demandé officiellement la concession du stade de Baraki»
Devant l'inquiétude signalée par l'entraîneur national, Djamel Belmadi, au sujet de la dégradation de certaines pelouses des stades algériens, la Fédération algérienne de football a officiellement demandé aux autorités algériennes (MJS), la gestion du stade Nelson Mandela. C'est ce que le président de la FAF, Walid Sadi, a confirmé dans des déclarations accordées à l'APS:«Nous avons officiellement demandé la concession du stade Nelson Mandela de Baraki.
La gestion de cette enceinte sportive serait ainsi du ressort de la FAF.
Dès qu'on aura le feu vert pour l'exploitation du stade, la première mesure est le renouvellement de la pelouse», a précisé d'emblée Sadi. Pour rappel, la gestion du stade Nelson Mandela, avait été confiée à l'Office du complexe olympique (OCO), depuis le championnat d'Afrique des nations CHAN-2022.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours