{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

JS Kabylie 1 MC Alger 1

Les Canaris font trembler le leader

L’efficacité a de nouveau manqué aux camarades de Berkane qui a été l’homme du match. Les Kabyles ont raté l’occasion d’offrir une belle victoire à leurs supporters qui ont gagné la bataille des gradins.

Les Canaris n'ont finalement pas pu battre le leader, ce dimanche, au stade du 1er- Novembre de la ville de Tizi Ouzou. Les deux adversaires ont dû se partager le butin, sachant que les visiteurs auraient pu remporter les trois points de la rencontre. Le but marqué en début de la première mi-temps par les camarades de Boualia n'a finalement pas été le déclic nécessaire pour une belle victoire. Bien au contraire. Après cette réalisation signée Redouane Berkane à la 7e minute, le club kabyle s'est enfermé dans une grande incertitude. Après le but, on ne savait plus si le club kabyle voulait rester dans l'offensive ou retourner en défense pour défendre le petit score.
Il faut reconnaître à ce sujet qu'il incombait aux deux coachs de définir la tactique à suivre après le but. Mais il semblait hélas évident que Bahloul et Bensafi étaient, aussi, restés indécis laissant l'adversaire reprendre son souffle. D'ailleurs, quelques minutes après le but de Berkane, les Mouloudéens se créent de bonnes occasions de revenir au score. Les Canaris étaient regroupés au milieu de terrain sans bloc défensif ni attaque efficace. Quelques occasions ont été créées mais elles se sont toutes évaporées devant les filets de l'adversaire.
L'efficacité a de nouveau manqué aux camarades de Berkane qui a été l'homme du match. Il faut dire aussi que si les Canaris ont raté l'occasion d'arracher une belle victoire, les supporters, eux, ont gagné la bataille des gradins. Présents en force, comme les supporters du Mouloudia d'ailleurs, ils ont réussi à créer une très belle ambiance digne des derbies opposant la JSK au MCA. L'ambiance de fête qu'on a vu ce dimanche au stade du 1er- Novembre de Tizi Ouzou a été rare cette saison. Malgré le match nul, les supporters sont repartis satisfaits du jeu des Canaris qui avaient tout de même la rage de vaincre. Une hargne qu'on n'a pas vu depuis le début de saison. Mais, à l'arrivée de Bensafi, les joueurs ont commencé à reprendre leurs forces mentales ébranlées, il faut le dire, par Aït Djoudi et Cheloul.
À l'issue de la rencontre, coach Bahloul a reconnu que ses joueurs méritaient de gagner mais ils ont manqué d'efficacité. Évoquant son avenir à la JSK, Bahloul n'a pas manqué de souhaiter que les choses soient claires dans les plus brefs délais. Pour l'instant, rien n'est encore décidé, tranchait-il à ce sujet. Cependant, paradoxalement, on ne parle plus de Rabah Bensafi qui s'est effacé juste après l'arrivée de Bahloul. Il n'anime plus les conférences de presse et il ne parle plus à la presse alors même que c'est lui qui a fait le gros du travail. Il faut rappeler qu'il a pris le club alors qu'il était au fond du gouffre. En l'espace de deux semaines, le jeu des Canaris reprenait visiblement de la consistance. Et il s'améliorera encore à l'arrivée de Bahloul qui a su apporter sa touche.
Enfin, notons que les Canaris, actuellement à la 7e place, n'ont plus aucun objectif pour cette saison. Même le podium s'éloigne à cause des matchs nuls concédés à Tizi Ouzou, ces dernières journées.
Aussi faudra-t-il attendre la prochaine saison. Et c'est là que vont être testés El Hadi Ould Ali, Medane et le staff technique. La JSK doit revenir avec un nouveau visage. Un visage qui ressemble, même un peu, à l'ancien Jumbo-jet.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours