{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Exploitations agricoles à Bouira

Recensement sur fond de numérisation

Bouchées doubles pour le recensement du patrimoine agricole et des exploitants.

L'heure est au recensement et à la numérisation au niveau de la direction de l'agriculture de wilaya. Et, à l'approche de la campagne moisson-battage, dont on espère tant, cette autre campagne dédiée à la sensibilisation et à la numérisation autour du patrimoine agricole, crée une telle effervescence. C'est, en tout cas, dans un climat d'euphorie qu'hier, au Centre de formation professionnelle Mohamed Saïki, la directrice Adra Tera donnait une conférence de presse.
L'objectif? La sensibilisation sur le recensement du patrimoine agricole et des exploitants. Pour ce faire, la responsable qui semblait avoir mesuré l'importance des enjeux attachés à cette campagne, mise sur deux choses: la sensibilisation à travers des portes ouvertes, des journées de sensibilisation et des caravanes, ainsi que différents canaux de communication. Il s'agit de toucher le plus de monde possible afin de lui faire prendre conscience de la nécessité de recenser les terres agricoles, les machines, le cheptel, les agriculteurs. Cela implique forcément une formation. À cet effet, un plan comportant un volet pédagogique a été mis en place: former d'abord les superviseurs. Les trois futurs superviseurs, les connaissances de base acquises, s'occuperont à leur tour de former 105 contrôleurs. Et superviseurs et contrôleurs exécuteront les mêmes tâches pour former les recenseurs. Il ne s'agit pas de savoir faire preuve d'un peu de sociologie, de recueillir des informations sur les exploitations visitées et d'être assez cool pour mettre en confiance les interlocuteurs, que sont les exploitants, pour les amener à faire des déclarations fiables, mais de trouver le ton juste pour ne pas trop détonner dans ces milieux ruraux. Les communes sont également sollicitées pour la réussite de cette campagne, car, en raison de leur proximité, elles détiennent des informations précieuses à ce sujet. La commission de la wilaya qui organise cette campagne de sensibilisation et ces stages de formation est épaulée dans ses missions par des commissions communales. Bref, tous les moyens seront mis à la disposition des superviseurs, des contrôleurs et des recenseurs dans le cadre de l'accomplissement de leurs tâches quotidiennes. Cette campagne, apprenons-nous, s'inscrit elle-même dans une campagne nationale, conformément à la politique nouvelle initiée par le président de la République. Le souci, dira la conférencière, est de connaître avec précision le patrimoine agricole afin que les nouveaux programmes coïncident parfaitement avec les spécificités de chaque wilaya. De cette façon, les efforts de l'État seront plus visibles et plus efficaces. Avec cette opération, les agriculteurs bénéficieront d'avantages certains, assurait la conférencière. Une campagne similaire avait eu lieu en 2023. Elle a concerné le recensement du cheptel. Elle a été marquée par une certaine réticence. Les gens qui ont peur des impôts demeuraient alors sur la défensive. Le côté numérisation de cette campagne n'est pas oublié, bien au contraire. Selon la responsable du secteur, la numérisation est au coeur de ce dispositif. L'objectif dans tout ça est de rendre les données recueillies plus fiables et plus maniables, tant au niveau local qu'à l'échelle nationale. Interrogée en marge de cette rencontre avec la presse sur la prochaine campagne moisson-battage, la directrice du secteur agricole, débordant d'enthousiasme à cette perspective, a fait part de sa foi en une bonne année, situant les prévisions concernant la prochaine production autour de 1400000 quintaux de blé. Le rendement, selon ses déclarations, se situerait autour de 19 quintaux à l'hectare. C'est assez pour faire oublier les déboires causés par une année de stress hydrique sévère. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours