{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Conseil des ministres/La production de blé dur couvre 80% de la demande nationale

L'Algérie proche de l'autosuffisance

Le Conseil des ministres a examiné le projet du Centre hospitalo-universitaire à Tizi Ouzou.

Réuni, hier, par le président de la République, le Conseil des ministres a écouté le bilan de la campagne moisson-battage de la saison 2024. Grâce à ses rendements exceptionnels, la filière céréalière a fait économiser au pays 1, 2 milliard de dollars en importations de blé. Ce premier important résultat rappelé par le ministre de l'Agriculture qui a fait lecture d'un rapport concernant les récoltes de cette année, rapproche sérieusement le pays de son autosuffisance en matière de blé dur. Ce pas de géant dans la confirmation de la sécurité alimentaire, dont jouit le pays n'est pas suffisant au regard du chef de l'État. Il a ainsi, fixé un objectif stratégique et de s'en tenir. Pour l'heure, ce qui a déjà été réalisé est en soi un exploit. Le président Tebboune a souligné, à ce propos que «les superficies cultivées dans notre Grand Sud ont atteint 500 mille hectares», note le communiqué de la présidence de la République. Sur ce foncier agricole, l'on notera les 117 mille hectares travaillés en partenariat avec le Qatar et 36 mille autres hectares, avec l'Italie. Cela vient s'ajouter aux 120 mille hectares travaillés par des investisseurs nationaux.
Ces chiffres, pour le moins impressionnants, donne du sens aux propos du président de la République qui a déclaré que «l'autosuffisance totale est à portée de main. La production nationale couvre déjà plus de 80% des besoins du pays en blé dur». Et pour s'assurer d'une indépendance totale vis-à -vis de l'étranger pour les cultures stratégiques, «le président de la République a ordonné la production localement de grains de maïs», lit-on dans le communiqué qui a souligné l'interdiction annoncée par le chef de l'État «de récolter le maïs sous forme de plante verte, au stade de maturité incomplète», note-t-on de même source. Le président Tebboune préconise l'implication des agriculteurs «pour améliorer le rendement à l'hectare». Pour le Président, ce rendement «ne doit pas être inférieur à 55 quintaux à l'hectare, car ces zones ont un potentiel énorme, notamment en eau et en électricité».
Le Conseil des ministres a examiné le projet du Centre hospitalo-universitaire à Tizi Ouzou. On apprendra qu'un accord existe déjà entre le ministère de l'Habitat et le groupe public Cosider, pour engager les travaux de réalisation de cette importante infrastructure sanitaire d'une capacité de 500 lits, après avoir terminé toutes les études.
Le troisième gros dossier abordé par le Conseil des ministres est celui du raccordement des réseaux électriques entre le nord et le sud du pays. «Le président de la République a ordonné l'étude approfondie de ce projet», indique la même source. «La réalisation doit être progressive et en fonction des priorités», a exigé le chef de l'État qui priorise le renforcement du «réseau électrique de Béchar, Adrar, Ouargla et In Salah, en attendant son raccordement au Nord». Cette étape est cruciale en raison des «besoins croissants de nos régions du Sud en électricité, notamment en période estivale, outre l'expansion des activités économiques dans notre Grand Sud», a expliqué le président Tebboune qui a instruit le ministre de l'Énergie à l'effet de «faire passer les câbles électriques sous terre, en particulier dans les villes, afin de renforcer la sécurité contre les influences naturelles et d'éviter les pertes». Le président de la République a ordonné que ce projet, très coûteux pour sa réalisation, mais dont le taux d'intégration est à 100% national, «comprenne un plan d'alimentation électrique des lignes ferroviaires, qui devrait être mis en oeuvre à travers différents projets dans notre Grand Sud, ainsi que des investissements agricoles», signale la même source.
Sur la problématique de la sécheresse, «le Président a ordonné au gouvernement de lancer des opérations nationales de raccordement des barrages, en particulier des plus grands, selon un plan assorti de délais», lit-on dans le communiqué de la présidence de la République, qui retient également les directives présidentielles concernant «le suivi permanent des préoccupations des citoyens avec une communication constante». Le président de la République «a ordonné aux responsables d'informer préalablement les citoyens via la radio locale, chaque fois que cela est nécessaire, sur tout ce qui touche à l'entretien ou au règlement de toute fluctuation technique pour approvisionner la population en différentes énergies».
Cela pour les grands chantiers. Concernant le projet de loi relatif à la protection et à la promotion des personnes aux besoins spécifiques, le texte a été approuvé, suivi de la désormais traditionnelle «présentation du rapport d'étape sur l'avancement du processus de numérisation». Le Conseil des ministres a également entendu «une présentation sur les mesures prises pour moderniser l'électronique. et les systèmes de paiement mobile». On retiendra dans ce Conseil des ministres, l'instruction du chef de l'État sur «la suppression des obstacles administratifs qui empêchent l'emploi des jeunes dans les structures et équipements affiliés aux secteurs de la jeunesse et des sports dans les wilayas du Sud, en fonction des capacités et des fonds disponibles».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours