{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pour coprésider avec Tebboune le Conseil de coopération algéro-turc

Erdogan, aujourd'hui, à Alger

L'objectif que s'étaient fixé les deux Présidents est de porter la valeur des échanges commerciaux à 10 milliards de dollars.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, entame, aujourd'hui, une visite officielle en Algérie. Le motif du séjour algérois du chef de l'État turc est en rapport avec les travaux de la deuxième session du Conseil de coopération algéro-turc de haut niveau que les deux Présidents, Tebboune et Erdogan, présideront. Très attendue par les opérateurs turcs et algériens, tellement les relations économiques entre les deux pays sont florissantes, cette instance supérieure du partenariat entre Alger et Ankara est un rendez-vous majeur. Il faut dire que malgré les quelques divergences d'ordre politique, l'Algérie et la Turquie ont montré une grande volonté commune de développer une coopération économique qui passe pour être exemplaire, au regard des nombreux projets turcs qui font de ce pays le premier investisseur étranger dans l'économie nationale. Une place de choix, résultat d'un volontarisme algéro-turc qui tire son opportunisme de relations ancrées dans l'histoire.
Cette visite intervient après celle effectuée par le président Tebboune en Turquie qui a permis de confirmer la forte dynamique que connaissent les relations bilatérales. Au plus haut niveau des deux États, il faut souligner la régularité des échanges de visites entre les deux Présidents. On retiendra en effet, qu'en juillet dernier, le président Tebboune a inscrit Ankara dans son programme lors de sa visite en Chine. Il s'était avant cela rendu en Turquie, au mois de mai 2022, en réponse à la visite du président turc à Alger, en janvier 2020. Il faut souligner que cette dynamique positive entre les deux pays a donné lieu, en décembre 2022, à l'installation de la Commission de planification, de coopération et de partenariat global entre l'Algérie et la Turquie qui a tenu sa première réunion à cette date. On y a mis en évidence une progression nette du volume d'échanges entre les deux pays de l'ordre de 30%. L'objectif de 10 milliards de dollars d'échanges avait été fixé.
Au dernier pointage, les échanges commerciaux étaient estimés à 5,3 milliards de dollars, dans un contexte de stagnation du commerce mondial, en raison de la pandémie de Covid-19. Mais cela n'a pas empêché le constat d'une évolution rapide de ces échanges, ainsi que l'implantation d'importantes entreprises turques en Algérie, notamment dans la sidérurgie, le textile et bientôt dans le montage automobile, lorsque le géant Tosyali aura ouvert sa nouvelle unité d'acier plat à Oran. À côté de cet investissement, du reste très rentable et qui dégage des recettes en devise, la Turquie est présente en Algérie avec son entreprise Tayal versée dans le textile qui, elle aussi, se développe à l'international en exportant sa production et en fabriquant localement pour de grandes marques de prêt-à-porter. La présence économique n'est pas limitée à ces deux exemples, puisque plus de 1 550 entreprises activent en permanence en Algérie et emploient plus de 30000 Algériens. Disons également que ce partenariat exceptionnel a permis aux deux gouvernements de tisser des liens particuliers qui se sont concrétisés, notamment lors du tremblement de terre qui a secoué une partie de la Turquie, en février dernier. L'Algérie a été l'un des premiers pays à venir en aide au peuple turc.
D'ailleurs, les membres de la mission algérienne ont reçu de nombreux éloges de la part du gouvernement et de la société turcs. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré