{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Artisane constantinoise agressée par des Marocains

Démonstration de force algérienne à Paris

L'Algérien a finalement rendu la monnaie de leur pièce à ces sujets du Makhzen.

La Foire de Paris 2024 en France a été, il y a quelques jours, le théâtre d'un événement, pour le moins, spectaculaire pour les Algériens.
Les exposants et les visiteurs de la foire parisienne ont été agréablement surpris par un afflux euphonique d'Algériens, chantant sous les youyous le fameux One, Two, Three viva l'Algérie et arborant les couleurs nationales. Cette foule, sans cesse grandissante au fil des heures, selon les témoignages et les vidéos virales postées sur les réseaux, s'est agglutinée devant le stand algérien de costumes traditionnels. Renseignements pris, il s'agissait d'un acte de solidarité envers une exposante algérienne prise pour cible par des éléments du Makhzen marocain, au tout début de l'exposition. A l'origine, c'est un caftan figurant parmi une collection traditionnelle envoûtante, montée par une artisane constantinoise, qui a irrité des exposants marocains ou, du moins, ce qu'ils prétendaient. Arguant du fait que ce costume figurait parmi le patrimoine marocain, ils finiront par se plaindre auprès de la direction de la Foire de Paris, au sujet «de graves irrégularités dans les stands algériens et du vol du patrimoine marocain». Rien moins que çà! Une fois sur place, les responsables français ne trouveront rien à redire au sujet des objets exposés, clouant au pilori les fauteurs de troubles, auteurs de ces sombres allégations dignes de la tradition makhzénienne. Mécontents de cette fin de non-recevoir émise à leur encontre par les responsables de la foire, et non satisfaits d'avoir pris à partie cette exposante algérienne, ils reviendront à la charge, à travers des intimidations et des harcèlements physiques et virtuels sur la page de cette artisane algérienne. «Ils sont d'abord venus me demander des explications sur le caftan, pour ensuite me demander de le retirer du stand, arguant du fait qu'il était marocain...
Ensuite, ils ont commencé à poster des commentaires méchants sur ma page... Et les harcèlements n'ont pas cessé ici, non plus», devait expliquer cette Algérienne de Constantine. Connu pour sa colère face à la hogra, l'Algérien a finalement rendu la monnaie de leur pièce à ces sujets du Makhzen, pris depuis quelque temps par cette frénésie de vouloir se réapproprier tout ce qui est patrimoine algérien, en particulier. Aussitôt l'alerte donnée sur les réseaux sociaux, un vaste élan de solidarité a pris forme sur la Toile, mais surtout sur le terrain. En effet, cet incident a ameuté les Algériens venus des quatre coins d'Europe.
Une foule immense d'Algériens et de sympathisants français et d'autres nationalités avait occupé les lieux, jusqu'à faire déguerpir «les faux exposants marocains».
Les vidéos postées sur les réseaux décrivant des scènes de liesse virales mettaient en scène des Algériens de la diaspora, tous âges confondus, exprimant leur solidarité indéfectible avec leur concitoyenne et exprimant leur fierté d'appartenir à leur patrie, l'Algérie. Il s'agit là d'un écart considérable entre un peuple libre et fier de sa patrie, qui croit en son pays et des «énergumènes» poussés par des calculs étroits et des visées obscures, manipulés par des lobbies identifiés et vomis par le monde entier. C'est toute la différence.
Un peuple comme les Algériens, qui naissent libres et vivent respectueusement, a de quoi attiser les jalousies et susciter les traquenards, de toutes sortes, de la part des peuples esclaves. Il faut dire que la communauté algérienne, contrairement à celle marocaine confortablement installée en France, est sous l'effet de pressions et de campagnes xénophobes chroniques et à récurrence permanente, surtout avec les pénibles événements à Ghaza, actuellement. Il est vrai qu'un tel comportement, au demeurant à dénoncer et à incriminer, qui paraît déconcertant à première vue, démontre cette manière de procéder traditionnelle et propre au Makhzen à l'égard des peuples libres.
Face à cela, on notera cette réactivité des Algériens face à cet incident, qui démontre cette force de caractère de tout un peuple fier et hardi face aux menaces et autres injustices.
Un trait de caractère forgé par une histoire révolutionnaire mondiale inédite face à un colonialisme barbare et inhumain. C'est le trait commun entre tous les peuples libres, tels les Palestiniens, les Sahraouis et plusieurs autres pays dans le monde, notamment les Africains aux côtés desquels l'Algérie s'est activement alignée.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré