{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Éthiopie

Plus de 50 civils tués dans des attaques en novembre

Plus de 50 civils ont été tués dans des attaques en Ethiopie en novembre, a dénoncé hier la Commission éthiopienne des droits de l’homme (EHRC), deux semaines après la fin sans accord de négociations entre le gouvernement et l’Armée de libération oromo (OLA). Classée «organisation terroriste» par Addis Abeba, l’OLA combat les autorités éthiopiennes depuis sa scission avec l’historique Front de libération Oromo (OLF) en 2018, quand celui-ci a renoncé cette année-là à la lutte armée, à l’arrivée au pouvoir de l’actuel Premier ministre Abiy Ahmed. Selon l’EHRC, institution publique statutairement indépendante, les combattants de l’OLA ont tué 17 personnes et incendié des villages à Benishangul-Gumuz, dans le nord-ouest de l’Ethiopie. L’EHRC a également affirmé que 30 autres personnes ont été tuées dans la zone d’Arsi, dans l’Oromia, lors d’une série d’attaques perpétrées par des assaillants non identifiés, les victimes comprenant plusieurs membres de la même famille. Toutes les attaques ont eu lieu entre le 23 et le 29 novembre, après la fin sans accord en Tanzanie de négociations entre le gouvernement et l’OLA le 21 novembre, les deux parties se rejetant la responsabilité. Samedi, les autorités locales de l’Oromia avaient accusé l’OLA d’avoir «perpétré des actes horribles contre des citoyens pacifiques, tuant brutalement de nombreux citoyens (...) dans la zone d’Arsi». Evalués à quelques milliers d’hommes en 2018, ses effectifs ont largement augmenté ces dernières années, même si les observateurs l’estiment insuffisamment organisée et armée pour représenter une réelle menace pour le pouvoir fédéral éthiopien, bien que la capitale soit enserrée par l’Oromia. La région du peuple oromo s’étend du centre au sud et de l’est à l’ouest sur environ un tiers du territoire éthiopien et abrite environ un tiers des 120 millions d’habitants du 2e pays le plus peuplé d’Afrique. Elle est minée par des violences aux facettes multiples, rendant la situation extrêmement confuse: s’y mêlent luttes politiques internes, litiges territoriaux et animosités entre communautés, auxquels s’ajoute le développement récent d’un banditisme armé.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré