{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

10ème Forum mondial de l’eau: le stand algérien séduit à Bali

 Le stand algérien à l’exposition du 10ème Forum mondial de l’eau qui se poursuit à Bali, en Indonésie, a séduit les visiteurs, venus en grand nombre découvrir les potentialités et les richesses dont recèle l’Algérie.

D’une superficie de plus de 72m2, le stand algérien a été conçu pour représenter de façon fidèle, la richesse du patrimoine architecturale de l’Algérie, en utilisant des motifs géométriques décoratifs inspirés de l’histoire et de la culture millénaire du pays.

Les visiteurs, dont des décideurs, des chefs d’entreprises, des professionnels ou même du grand public, n’ont pas cessé d’y affluer pour découvrir l’Algérie et son potentiel industriel et s’informer des développements et des avancées réalisées particulièrement dans le domaine de l’hydraulique.

Cet espace reflète la stratégie de l’Algérie en ce qui concerne la gestion des ressources hydriques, en mettant en avant son expérience et ses compétences dans les industries connexes telles que le dessalement de l’eau de mer et la réutilisation des eaux traitées dans l’agriculture, a expliqué à l’APS, la responsable en charge de l’animation du stand.

De grandes entreprises nationales sont représentées à cette manifestation, à l’instar de la Compagnie algérienne de l’énergie (AEC), filiale du groupe Sonatrach, versée dans la désalinisation et les énergies renouvelables, du Groupe Cosider, en sus du Groupe études et réalisations hydrauliques (GERHYD).

Le représentant de la société chinoise (BIDR), spécialisée dans la recherche et développement dans le domaine de l’eau et l’électricité, a exprimé son intérêt à collaborer avec les entreprises algériennes dans le secteur des énergies renouvelables.

De leur côté, des fournisseurs de solutions technologiques et des équipementiers, ont fait part de leur souhait de conclure des partenariats avec la Compagnie algérienne de l’énergie, affirmant ne pas savoir qu’il y avait "autant de projets" de dessalement en Algérie.

 

Sensibiliser au sort de la Saoura

 

Outre l’aspect purement économique, la participation algérienne au forum de Bali se veut également un moyen de sensibiliser les décideurs et les acteurs activant dans le domaine de l’eau et même un public plus large à la fragilité des équilibres environnementaux et des écosystèmes, en mettant la lumière sur la région de la Saoura dans le sud-ouest de l’Algérie, confrontée à un assèchement croissant à cause des projets entrepris de l’autre côté de la frontière par un pays voisin.

A cet effet, une chambre immersive en 3D de près de trois mètres de hauteur a été élaborée avec des illustrations de la faune de la Saoura, dont le flamand rose, la loutre et le fennec, des espèces animales endémiques qui se retrouvent menacés du fait de l’amenuisement de leur habitat dû à la baisse significative des ressources en eau.

Une vidéo diffusée en boucle illustre les conséquences tragiques des agissements "irresponsables" ayant transformé toute une région qui était autrefois un paradis des oiseaux migrateurs et de plusieurs espèces végétales.

Ce voyage interactif au cœur de la Saoura n’a pas seulement émerveillé les hôtes du stand algérien, mais il les a alertés sur l’importance de la protection de la nature et la nécessité d’agir pour sauver les écosystèmes fragiles à travers le monde, dont fait partie cette belle région d’Algérie.

Pour sa part, Mme Hassina Hamouche, cadre au ministère de l’Hydraulique et membre de la délégation, a affirmé que l’exposition algérienne reflète les réalisations de l’Algérie dans le domaine de l’hydraulique, mais elle est également une tribune pour alerter l’opinion internationale, à travers la chambre immersive, sur le sort de la région de la Saoura.

La chambre immersive, au-delà de son aspect interactif, vise à informer le public, notamment la presse internationale de la menace écologique qui pèse sur cette région, et appeler à mettre un terme aux agissements qui conduisent à un désastre écologique, a affirmé de son côté, Mme Khadidja Khelifi, représentant le ministère la Communication.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré