{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le faciès du terrorisme

49 jours de guerre totale contre la population civile de Ghaza menée par l'entité sioniste, à coups de bombardements barbares visant les habitations, les écoles, les mosquées, les églises et les hôpitaux dévastés, ont révélé, au regard du monde, les méfaits de la partialité en matière d'information et la logique du double standard érigé en dogme par les puissances occidentales. Combien de gens ont-ils subi les menaces et les «réprimandes», sur les plateaux de télévision, parce qu'ils ont refusé de qualifier les groupes de résistance palestiniens de «terroristes», pendant que le carnage s'exerçait contre des enfants et des femmes par une entité coloniale, raciste et engluée d'apartheid. Le fait que le monde occidental affiche son soutien inconditionnel à cette entité qui détient les clés de son complexe militaro-industriel confère à la politique de désinformation et de répression sa vocation du deux poids deux mesures, telle qu'on a pu l'observer dans le conflit en Ukraine. Tout l'enjeu planétaire est, aujourd'hui, de savoir comment lutter contre ce système prévaricateur qui enferme l'humanité dans un carcan de faux principes et de contraintes conjuguées. Comment abattre ce double standard au nom duquel des gouvernements, sans cesse à l'affût pour brandir l'épée du droit international et des «valeurs» unilatéralement décrétées mais bafouées quand il s'agit de peuples taxés d' «animaux», imposent un interdit à certains et offrent un permis de tuer à d'autres?
Les multiples et gigantesques manifestations à travers les capitales occidentales ont, certes, freiné leur ardeur et, peut-être, tempérer leur allégeance au sionisme. Cependant, le peuple palestinien endure les pratiques des agences internationales et d'un grand nombre de médias occidentaux, toujours prompts à encenser le «droit d'Israël à se défendre» et à taire les massacres qu'il multiplie, depuis la création de cette tête de pont coloniale au Moyen-Orient. À Ghaza, une centaine de martyrs journalistes et de membres de leurs familles sont à déplorer, victimes de l'agression sioniste depuis le 7 octobre. Les raids contre les bâtiments abritant les médias avaient pour but d'étouffer la vérité sur le génocide et de nourrir la stratégie du faux et usage de faux. Néanmoins, la barbarie démontrée à Ghaza aura confirmé aux peuples du monde entier que la vérité n'est pas celle qu'on leur dicte et que le vrai terrorisme, longtemps masqué, a désormais un faciès.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré