{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Larmes de Marocain

Les trémolos dans la voix et les yeux embués de larmes, Abdelilah Benkirane, le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), s'est franchement démarqué, il y a quelques jours, sur l'accord qui a scellé la normalisation entre le Maroc et l'entité sioniste en décembre 2020. «Le PJD est tombé dans l'erreur de la signature de la normalisation, mais le parti n'a jamais été pour la normalisation», a concédé le leader islamiste, en sanglots au cours d'un rassemblement de soutien au peuple palestinien à Rabat. Il a même réitéré son appui au Hamas, qui a replacé, selon lui, «la lutte des Palestiniens au coeur de l'actualité». L'homme politique en question aurait dû accorder une oreille plus attentive aux clameurs persistantes de son peuple et de son voisin algérien qui, dénonçaient avec vigueur ces accords de la honte. Cependant, Benkirane et son parti sont restés sourds à ces avertissements, sacrifiant une cause sacrée sur l'autel d'intérêts politiques éphémères. Cette attitude, empreinte d'une myopie politique a sapé les fondements mêmes du bon voisinage. Maintenant que le mal est fait, allons-nous entendre Benkirane saluer les positions courageuses de l'Algérie qui n'a pas cessé de dénoncer cette normalisation? Pas si sûr. Ce qui semble intéresser cet islamiste est de calmer un mécontentement social qui règne au Maroc. Rompu à l'entrisme, le PJD ne déroge à la sacro-sainte règle de l'entrisme ancrée dans l'ADN des islamistes. Laminé aux élections législatives de 2021, passant de 125 à 13 députés, le PJD mise sur «les valeurs sûres», en particulier la cause palestinienne. Pour reconquérir l'électorat islamiste. Avec le massacre commis par l'armée sioniste à Ghaza, il ne trouvera pas mieux comme terrain de prédilection surtout que la grogne enfle au royaume. Chaque jour au Maroc se tiennent des rassemblements en soutien à la Palestine. Comme dans tous les pays arabes et musulmans, le génocide commis par l'armée sioniste à Ghaza a suscité une vague de colère dans le royaume, rappelant combien les Marocains sont attachés à la cause palestinienne en dépit du rapprochement opéré par le Makhzen et Israël depuis 2020. Jusqu'à quand, le Maroc continuera-t-il d'ignorer la désapprobation unanime de son peuple face au désastre en cours à Ghaza? La seule voix de secours qui s'offre au Makhzen est de renoncer tout simplement aux accords de normalisation.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré