{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Netflix se détache des habitudes des téléspectateurs classiques

Il est clair et établi que la plate-forme américaine Netflix s’est durablement installée dans le paysage audiovisuel international. Redoutée dans le passé, elle est très demandée aujourd’hui. Ainsi les responsables de Netflix ont présenté les résultats et font part d’un bilan «conforme aux prévisions» pour le 3e trimestre de l’année, qui s’est soldé par un chiffre d’affaires de 8,5 milliards de dollars. Le nombre de nouveaux abonnés a également connu une progression de presque 9 millions à travers le monde, se rapprochant à grands pas de 250 millions de foyers - 247,1 millions exactement, dont 30% seulement se situent aux États-Unis). Satisfaction aussi du côté de la (récente) version avec publicité, qui enregistre une hausse de 70% trimestre après trimestre, représentant désormais 30 % des nouvelles inscriptions où ce plan est commercialisé. Seule déception (pour les clients) dans cette annonce des résultats : l’augmentation des abonnements pour les clients en France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Dans l’Hexagone, cette hausse des prix se reflète dans l’option Essentiel, qui passe de 9 euros à 10,99 euros/mois (+2 euros) et Netflix Premium, désormais proposée à 19,99 euros/mois (également +2 euros). Les options avec publicité (5,99 euros/mois) et Standard (13,49 euros/mois), elles, restent inchangées, pour le moment. Par ailleurs, la plate-forme américaine avait annoncé, en août dernier, le déploiement d’un bêta-test limité auprès d’un petit nombre de membres au Canada et au Royaume-Uni sur certains téléviseurs à partir d’aujourd’hui, et sur PC et Mac via Netflix.com sur les navigateurs pris en charge au cours des prochaines semaines. Rappelons que deux jeux font partie de ce premier test : «Oxenfree», de Night School Studio, un studio de jeux Netflix, et «Molehew’s Mining Adventure», un jeu d’arcade d’extraction de pierres précieuses. Pour jouer à la télévision, les participants utilisent leur smartphone ; quant aux membres sur PC et Mac, ils peuvent jouer sur Netflix.com avec un clavier et une souris. Par ailleurs, Netflix a annoncé la fin, au 1er novembre prochain, de son plan mobile gratuit au Kenya qui a permis aux utilisateurs d’accéder à un quart de ses émissions et films sans payer au cours des deux dernières années. Bien que les économies à revenu moyen faible comme le Kenya offrent de grandes opportunités de croissance du nombre d’abonnés aux services de streaming, elles posent également des défis alors que le pouvoir d’achat diminue en raison de l’inflation, ont déclaré des dirigeants de l’industrie. Netflix a commandé davantage de contenus locaux en Afrique dans le cadre de sa stratégie pour attirer de nouveaux abonnés sur le continent. Il a également conclu des partenariats avec des entreprises de télécommunications locales pour simplifier les paiements.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré