{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La Haica tunisienne interpelle l’Arcom française sur le traitement de Ghaza

Les crimes perpétrés par l'entité sioniste en Palestine occupée a fait réagir de nombreuses organisations audiovisuelles. Ainsi, la Haute autorité indépendante pour la communication audiovisuelle tunisienne (la Haica) a appelé, dans un communiqué à lutter contre la désinformation et dénonce le silence des instances européennes de régulation de l'audiovisuel.
Depuis le 7 octobre 2023, la Haica ne cesse de suivre la guerre menée par l'entité sioniste contre le peuple palestinien. Ces actes criminels, dont les victimes se comptent par milliers, ont été accompagnés d'une couverture médiatique, dans de nombreux médias européens, qui est allée au-delà de la désinformation et de la falsification des faits pour se transformer en outil de propagande incitant assassinats systématiques par les forces sionistes, dépassant toutes les normes internationales et les règles déontologiques liées à l'exercice de la profession. La Haica, tout en exprimant son refus de ce que les médias fondés sur la propagande et la manipulation internationale afin de détourner ce conflit de la réalité et de son contexte historique et des résolutions des Nations unies et le droit interdit ce qui suit: «La Haica est profondément consternée par l'autorité de régulation européenne, en particulier l'autorité française (Arcom), à l'égard des graves violences et l'absence de l'éthique de la profession journalistique, qui sont les principes de l'intégrité et la véracité des valeurs de pluralisme et de diversité citées dans les lois fondamentales et les instances de régulation européennes et leurs affiliés. Lors de ces massacres, ses principes ont été transformés en une rhétorique dépourvue de toute déontologie.» La Haica appelle l'Arcom, le réseau français et la Fédération internationale de journalisme à adopter une position de principe claire face à la désinformation et le black-out médiatique par médias idéologisés lançant des campagnes d'opinion dissidente. Ces campagnes ont ciblé des politiciens, des sportifs et des artistes.
Tout en saluant le rôle joué par les médias dans l'évolution de la situation dans les territoires occupés qui a permis de montrer et de dénoncer le génocide perpétré à Ghaza, la Haica les appelle au professionnalisme pour assurer une information et instaurer l'éthique journalistique, afin de bannir toute forme d'incitation à la violence et de faire attention à ne pas commettre les mêmes erreurs qui sont commises par beaucoup de médias occidentaux. C'est la première fois que l'autorité tunisienne intervient dans un débat international où elle interpelle une autorité étrangère dans un contexte politique très compliqué.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré