{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les Arabes un mois plus tard…

Comment ne pas s'étonner face à la réaction très tardive des pays arabes «contemplant» le génocide quotidien que commettait l'entité sioniste contre des populations civiles à Ghaza? Il aura fallu plus d'un mois de massacres pour qu'un sommet arabe «d'urgence» soit enfin convoqué, aujourd'hui, samedi, à Riyadh. Il sera suivi le lendemain d'un sommet de l'Organisation de la coopération islamique. Après plusieurs semaines de désarroi, les Arabes retrouvent enfin leur voix face à un embrasement qui a rallumé la ferveur des populations pour la cause palestinienne? À l'exception de la Tunisie et de l'Irak, l'Algérie est le seul pays arabe a demeurer constant dans ses positions sur la question palestinienne. Un soutien total et sans condition à la lutte du peuple palestinien et une condamnation ferme et sans appel des massacres commis par l'entité sioniste à Ghaza. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a appelé à l'occasion de l'ouverture officielle de l'année judiciaire 2023-2024 au siège de la Cour suprême à porter plainte contre l'entité sioniste devant la Cour pénale internationale. Le Président qui s'adressait, le 6 novembre dernier, devant un parterre de magistrats, d'anciens hommes de loi, de juristes, d'élus du peuple et de hauts responsables de l'État, a lancé un appel solennel aux «peuples libres du monde, les experts juridiques et les organisations internationales des droits de l'homme, à porter plainte devant la Cour pénale internationale contre l'entité sioniste occupante, en raison des crimes de guerre qu'elle commet contre le peuple palestinien». 48 heures plus tard, l'appel a été entendu et une plainte a été déposée jeudi, par un groupe d'avocats à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Loin d'être un banal conflit localisé, la guerre à Ghaza a déchaîné les passions à travers la planète entière et ravivé des lignes de fracture de plus en plus profondes entre l'Occident et le reste du monde. Le traitement réservé par les médias occidentaux à cette guerre en dit long sur le cynisme occidental envers les pays arabes et musulmans. Sans aucun brin d'objectivité, sans aucune contextualisation, les médias du «monde libre» ont pris fait et cause pour l'entité sioniste, ignorant les milliers d'enfants, de femmes et de civils massacrés quotidiennement, déniant au peuple palestinien le statut de victime. La résistance palestinienne pourra revendiquer une très faible victoire dans cette guerre, mais l'une de ses grandes réalisations est d'avoir causé l'arrêt brusque de la normalisation des pays arabes avec l'entité sioniste. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours