{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La planète pétrole prend une nouvelle dimension

Le Brésil rejoint l'Opep+

Le prix du pétrole s'est stabilisé au début de la journée d'hier.

L’Opep+ tiendrait son 24e membre : le Brésil. Le géant sud-américain « va rejoindre la charte de coopération de l’Opep+ à partir de janvier 2024 », selon un communiqué publié à l’issue d’une réunion des membres de l’alliance. Après le report de sa réunion du 26 au 30 décembre l’Opep+ a finalement annoncé, comme il était attendu, de nouvelles coupes de sa production. Près de 900 000 barils par jour supplémentaires seront retirés du marché. Parmi les 23 pays de l’alliance, certains pays comme les Emirats arabes unis, l’Irak, le Koweït, le Kazakhstan, ou Oman, vont également se joindre à cette initiative. L’Algérie a, pour sa part, décidé de procéder à une réduction volontaire supplémentaire de 51000 barils/jour, à compter du 1er janvier 2024 jusqu’à fin mars prochain. Sa production passera ainsi à 908 000 barils/jour durant le premier trimestre de l’année 2024. Cette décision s’ajoute à la précédente réduction volontaire de 48000 barils/jour, annoncée en avril 2023, en vigueur jusqu’à fin décembre 2024. Cette réduction volontaire supplémentaire s’inscrit dans le cadre « du renforcement des efforts de précaution déployés par l’Opep+ en vue de soutenir la stabilité et l’équilibre des marchés pétroliers », a indiqué un communiqué du ministère de l’Énergie et des Mines qui a souligné que ces quantités supplémentaires de réduction « seront progressivement rétablies en fonction de la situation du marché ». Le gros de l’effort est cependant supporté par les deux poids lourds mondiaux du marché de l’or noir, l’Arabie Saoudite et la Russie. À l’issue de la 36e réunion ministérielle de l’Opep+, tenue jeudi par visioconférence, Riyadh a ainsi annoncé l’extension de sa mesure de réduction d’un million de barils par jour (bpj) jusqu’à « la fin du premier trimestre 2024 ». L’Arabie saoudite va continuer de réduire sa production de pétrole d’un million de barils par jour (bpj) jusqu’à la fin du premier trimestre 2024, maintenant sa stratégie visant à soutenir les cours du brut, a annoncé, jeudi le ministère de l’Énergie du royaume wahhabite. Cette mesure s’ajoute à la précédente réduction volontaire de 500000 barils par jour, annoncée en avril 2023 et prolongée jusqu’à fin décembre 2024. La production du chef de file de l’Opep sera ainsi d’environ 9 millions de barils par jour jusqu’à fin mars 2024. La Russie a décidé quant à elle de prolonger la réduction de sa production de 500000 barils par jour jusqu’à fin mars 2024. « La Russie renforcera la réduction volontaire de l’offre de pétrole de 300000 barils par jour, de 200000 barils par jour supplémentaires, pour atteindre 500000 barils par jour, et prolongera cette réduction volontaire de l’offre jusqu’à la fin du premier trimestre 2024 en coordination avec certains pays de l’Opep+ », a annoncé Alexandre Novak vice-Premier ministre russe en charge de l’Énergie. Ces réductions sont destinées à maintenir la stabilité et l’équilibre des marchés pétroliers et pourront être levées à l’avenir à un rythme dépendant des conditions du marché, a t-il ajouté. Autant d’annonces qui n’ont, semble-t-il, pas emballé les cours de l’or noir.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré