{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le cinéma mondial revit à Mogadiscio

Après plusieurs années de guerre civile, la Somalie a renoué avec la culture et plus précisément avec le cinéma. Il y a quelques jours, un cinéma a réouvert ses portes au public au grand bonheur des cinéphiles et des Somaliens. Des dizaines de Somaliens ont posé pour des selfies et bavardé, avec enthousiasme, dans des rangées de sièges rouges et moelleux alors qu'ils attendaient le début de la première projection de film de leur pays, en trois décennies.
Parmi la foule du Théâtre national, se trouvait Kaif Jama, 24 ans, scénariste et vedette des deux films au programme - l'histoire d'horreur Hoos, à propos d'une femme célibataire emménageant dans une maison vide et d'une comédie romantique intitulée Date from Hell. «Cela signifie quelque chose pour tout le monde, y compris moi. C'est pour tous les Somaliens qui veulent faire des films», a déclaré Jama, vêtue d'une robe traditionnelle somalienne rayée d'argent, de jaune et de vert.
Elle a quitté la Somalie à l'âge de 6 ans et a déménagé entre le Kenya et l'Ouganda, avant de s'installer au Caire à l'âge de 19 ans.
Depuis, elle a réalisé 60 courts-métrages et des sketchs, avec le cinéaste somalien Ibrahim CM. Les Somaliens ont passé des années à regarder des films hindous et arabes, sur leurs téléviseurs, a-t-elle déclaré. «Mais si nos propres films arrivent au cinéma et à la télévision, alors chaque personne et enfant somalien sera façonné et influencé par sa propre culture.» Le Théâtre national, cadeau du Chinois Mao Zedong, a ouvert ses portes en 1967. Il est devenu un foyer important pour la riche tradition de narration de la Somalie, accueillant des pièces de théâtre, des extravagances musicales et, dans les années 1980, des festivals de films panafricains.
Après le renversement du président Siad Barre, en 1991, les chefs de guerre des clans se sont mutuellement bombardés de canons antiaériens et se sont battus pour le théâtre, qui leur a servi de base. Le bâtiment a été touché tellement de fois que le toit s'est effondré un an après le début du conflit. Les militants islamistes des shebab, qui en ont pris le contrôle en 2006, ont repris le bâtiment. Ils ont interdit toutes formes de divertissement public - des concerts aux matchs de football - qu'ils considéraient comme un péché.
Les troupes de maintien de la paix de l'Union africaine ont repris le contrôle de la capitale, en 2011 et le nouveau gouvernement somalien, soutenu par l'Occident, a rouvert le site l'année suivante. Mais 3 semaines seulement après cela, un kamikaze du groupe armé islamiste al Shabaab a frappé lors d'une cérémonie, tuant six personnes. Le bâtiment a rouvert à nouveau en 2020.
Hassan Abdulahi Mohamed, un habitant de Mogadiscio, se souvient avoir dépensé un demi-shilling somalien pour un billet de cinéma et un shilling pour des collations au théâtre, dans les années 1960. «La dernière fois que j'ai regardé des films au cinéma, c'était en 1991», a-t-il déclaré. Vive le cinéma!

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours