{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La réouverture des salles obscures relance la course aux Oscars 2022

La course aux Oscars est déjà lancée. Dès la réouverture des salles, deux films importants ont affiché leurs ambitions pour les Oscars 2022. Dune et No Time to Die. Mais ils ne sont pas les seuls. Cette année, sont présentes également la splendeur visuelle de The Power of the Dog, la nostalgie romancée de The French Dispatch, Belfast et West Side Story et l'intensité du film noir de La tragédie de Macbeth et Nightmare Alley. L'adaptation tant attendue de Denis Villeneuve de Dune de Frank Herbert (Warner Bros.) est comme une «guerre des étoiles» cérébrale rencontre Lawrence d'Arabie, avec son dangereux mélange de politique et de religion, centré autour du messianique Paul Atréides de Timothée Chalamet. Il a été photographié en grand format par le directeur de la photographie primé aux Emmy Greig Fraser (The Mandalorian), qui a alterné entre l'appareil photo numérique Alexa LF et l'appareil photo Imax 65 mm (pour les rêves et les visions surréalistes de Paul sur la dure et désolée planète désertique Arrakis, tourné principalement en Jordanie). Parmi les autres environnements, citons la planète aquatique Caladan à l'aspect automnal et la planète Giedi Prime, à l'aspect gothique, ce qui en fait une palette de couleurs assez diversifiée. Fraser a alterné les formats grand écran, mais a également pris la décision, inhabituelle, de créer un négatif Kodak 35 mm et de le scanner numériquement pour une expérience plus analogique dans les salles de cinéma.
Pour la chanson du cygne de Daniel Craig dans le rôle de James Bond dans No Time to Die (MGM/United Artists Releasing), le réalisateur Cary Fukunaga a mis l'accent sur le drame émotionnel en concluant son arc complexe. Mais le réalisateur l'a envisagé comme une aventure romantique classique, ponctuée d'une action mondiale féroce. Il a été tourné sur un film Kodak par le lauréat d'un Oscar Linus Sandgren (La La Land) en 35 mm et 65 mm (y compris IMAX), une franchise d'abord en grand format. Pour assurer des transitions fluides, des séquences entières ont été tournées dans un format ou un autre. La séquence de pré-crédit de près de 30 minutes est remarquablement polyvalente, allant d'un moment d'horreur sur un lac gelé en Norvège à la romance de l'Italie ancienne, qui tourne horriblement mal avec une violence brutale. Le reste du film suit Bond de la Jamaïque à Londres, en passant par Cuba et la Norvège, jusqu'au repaire en béton exotique du méchant Safin (Rami Malek) dans une base insulaire abandonnée de la Seconde Guerre mondiale entre le Japon et la Russie. Il n'y a rien de tel qu'un gros plan intime du visage fatigué de Craig en Imax.
Le western psychologique de Jane Campion sur la masculinité toxique, The Power of the Dog (Netflix, du roman de Thomas Savage), oppose deux éleveurs de bétail du Montana vivant dans la même maison familiale en 1925: le sadique Phil et Jesse Plemons de Benedict Cumberbatch. Le directeur de la photographie Ari Wegner (Zola) a tourné en grand format avec l'Alexa LF (et des objectifs Ultra Panatar anamorphiques vintage) pour profiter des vastes paysages de la Nouvelle-Zélande, pour capturer l'ensemble de la distribution (y compris Kirsten Dunst et Kodi Smit-McPhee) en gros plans isolés sur le magnifique paysage. Les extérieurs sont lumineux et désaturés, tandis que les intérieurs du ranch, avec son design, en bois, de style européen, ont un sombre pressentiment.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours