{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La découverte d'eau autour d'une exoplanète remise en question

La découverte d'eau dans l'atmosphère d'une exoplanète potentiellement habitable, annoncée en fanfare en 2019, est remise en question dans une nouvelle étude. «Il y a peut-être de la vapeur d'eau autour de K2-18 b, mais on n'en est pas sûr», a dit l'astrophysicien Bruno Bézard, de l'Observatoire de Paris-PSL. Les calculs menés concluent à une détection de méthane plutôt que d'eau, selon l'étude parue jeudi dans Nature Astronomy. L'annonce de 2019 avait agité les planétologues, car elle concernait la première, -et jusqu'ici la seule-, exoplanète située dans la zone dite «habitable» de son système solaire. C'est-à-dire un astre se trouvant, comme la Terre, à une distance ni trop proche ni trop lointaine de son étoile pour y rendre possible la vie. Avec une masse égale à huit fois celle de notre planète, K2-18 b est qualifiée de «super-Terre» ou «mini-Neptune». L'étude de 2019 avait utilisé les observations du télescope spatial Hubble. Le juge de paix est déjà à son poste: le télescope spatial James Webb (Jwst), beaucoup plus performant, va entrer en service et l'observation de l'atmosphère de K2-18 b y est déjà programmée.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours