{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

ASM Oran

Une école de football qui se meurt

Les saisons se suivent et se ressemblent à l’ASMO, un club connu par le passé pour son excellente école de football, mais qui a fini par perdre cette réputation, car rattrapé par une crise financière sans issue.

Au moment où la FAF, version Zetchi, fait de la formation son crédo avec le lancement notamment la semaine passée de sa première Académie de football à Khemis Miliana, une structure qui va en appeler à d’autres, les clubs formateurs, eux, se meurent, à leur tête l’ASM Ooran. « On revendique un peu de considération à l’ASMO qui reste l’un des clubs formateurs par excellence en Algérie, mais qui ne cesse depuis plusieurs années de manger de son pain noir à cause notamment de ses interminables problèmes financiers », s’insurge, Salem Laoufi, l’entraîneur de cette équipe de Ligue 2. Cette dernière a connu une énième phase de turbulences lors de l’intersaison faillant remettre en cause sa participation même dans la compétition. Les gars de M’dina J’dida sont loin d’ailleurs de voir le bout du tunnel, comme l’atteste le boycott par les joueurs de la quasi-totalité des séances d’entraînement de la semaine passée, même si cela ne les a pas empêchés de revenir avec une victoire surprise du terrain de la JSM Béjaïa (1-0), samedi passé, dans le cadre de la 3e journée du championnat. Il s’agissait de la première victoire de la saison des Vert et Blanc qui s’étaient contentés de deux nuls lors des deux premières journées de la compétition, dont un à domicile face au voisin et nouveau promu, l’OM Arzew (2-2). « Même si nous avons le potentiel pour jouer la carte de l’accession, nous risquons d’être freinés par les interminables problèmes financiers du club », avertit encore Laoufi. Il faut dire qu’au-delà de cette ambition que nourrissent tous les Oranais de voir la deuxième équipe phare de la ville retrouver l’élite dès la fin de la saison en cours, c’est surtout l’avenir du club en tant qu’une véritable école de formation, qui donne le plus de soucis à ses fans.
Le coach évoque dans ce registre une « saignée » qui ne dit pas son nom au niveau des catégories jeunes, qui constituaient jusque-là la fierté de ce club. Il a déploré à ce propos le départ vers d’autres cieux, notamment vers les clubs de la capitale, de plusieurs joueurs des catégories jeunes de l’ASMO qui représentaient l’avenir du football oranais. Evidemment, le manque des moyens financiers dont souffre l’équipe première a fait en sorte que le peu de ressources dont dispose le club soit orienté vers les seniors, portant un sérieux préjudice aux équipes des jeunes.
La descente aux enfers de ces équipes a commencé du reste la saison passée, lorsque pour la première fois de l’histoire du club, les équipes des jeunes de l’ASMO ont été toutes éliminées dès les premiers tours de la coupe d’Algérie de leurs catégories respectives. Ce fut le résultat logique du peu d’intérêt accordé par la direction oranaise à ces jeunes qui n’attendaient que l’intersaison pour aller monnayer leurs talents ailleurs. Ce qui devait ainsi arriver arriva, puisque la plupart d’entre eux ont atterri cet été dans d’autres clubs, notamment ceux de la capitale, à l’image du CRB, le MCA et l’USMA.
« La saignée se poursuivra tant que cette crise financière du club perdure. Une simple statistique montre d’ailleurs que pas moins de 28 joueurs évoluant dans des clubs des deux premiers paliers sont tous issus de l’ASMO », fait encore remarquer Laoufi, lançant un appel de détresse à qui de droit pour voler au secours de cette célèbre école de football.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours