{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Amical : Algérie 1 – Bénin 0

Plus qu’un match de football

En cette soirée du lundi 9 septembre 2019 au stade du 5-Juillet d’Alger, il y avait de tout, notamment cette sensation qui a suivi la victoire de l’EN algérienne, championne d’Afrique en titre, en amical face au Bénin (1-0), et le grand hommage rendu au « guerrier » Rafik Halliche, le dernier survivant de « la bataille » d’Oumdurman.

Devant un stade plein à craquer et tout acquis à leur cause, les champions d’Afrique algériens retrouvent leur public au stade du 5-Juillet d’Alger. L’occasion d’affronter le Bénin pour le premier match post-CAN. Alors que l’engouement sur les tickets était maigre, l’on s’attendait à un stade à moitié vide (ou à moitié plein !). Au final, il était tout simplement plein. Quelques minutes avant le coup d’envoi de la partie, le « capitano » Mahrez et consorts foulent la pelouse sous une standig ovation. Avant que ne fasse son apparition le « héros du peuple », Djamel Belmadi. Le public s’est levé comme un seul homme pour saluer, en chœur, celui qui su redorer le blason du ballon rond national. L’occasion était aussi pour les supporters de lancer des chants hostiles aux « pseudos-conslutants » et « pseudos-journalistes », qui se livrent une guerre féroce avec le sélectionneur national. Pour les supporters des Verts, Belmadi demeure une ligne infranchissable, en dépit des résultats réalisés. Son engagement, son patriotisme et les avantages, entre autres financiers, qu’il a laissés au Qatar pour répondre favorablement à l’appel du cœur, celui de l’Algérie, font qu’il mérite le respect. Avant le début du match, les joueurs du Bénin ont fait une haie d’honneur aux champions d’Afrique.
Sur le terrain, Belmadi ne fait pas de différence entre un match amical et un autre officiel. « Je joue pour gagner. Peu importe l’enjeu de la rencontre », avait-il déclaré dans un passé récent. Chose confirmée en ce lundi soir, puisqu’il a aligné son équipe type, celle qui a damé le pion aux ogres du continent, au mois de juillet dernier, pour soulever, au bout du compte, le sacre final pour la deuxième fois dans l’histoire du pays. En dehors de cette ambiance des grands soirs, Belmadi considérait cette rencontre comme un test grandeur nature. Ceci, étant donné que cet adversaire, quart de finaliste de la dernière CAN, est le seul à avoir battu l’Algérie depuis l’intronisation de Belmadi en lieu et place de Rabah Madjer. Plusieurs enseignements ont été tirés de ce match, et le plus important est que les joueurs sont parvenus à se maintenir sur la dynamique de bons résultats.
A la fin de la partie et cette victoire grâce à un penalty inscrit par Slimani, place à la fête ! les joueurs ont présenté aux spectateurs le trophée africain et accompli un tour d’honneur sous de chauds applaudissements et dans une ambiance de fête. Ce fut, aussi, l’occasion, de célébrer la dernière apparition du défenseur Rafik Halliche, après 41 capes avec les Verts, depuis 2008. 11 années de loyaux
services pour le joueur algérien qui détient le record de matchs disputés en Coupe du monde (7). Celui qui vient de fêter ses 33 ans affirme que le temps est arrivé pour laisser sa place aux jeunes. « Je ne trouve pas les mots pour remercier ce public. C’est un précieux moment que je vais jalousement garder parmi mes plus beaux souvenirs. J’ai vécu des moments inoubliables avec notre Equipe nationale et, Dieu merci, je suis sorti par la grande porte», a-t-il dit.
Cette célébration s’est déroulée dans une complicité hors du commun entre les joueurs et leur public, sous l’œil admiratif de Belmadi, fier de ses protégés et ce qu’il a réalisé jusque-là. Le meilleur est à venir, et c’est tout le mal qu’on souhaite à
« El Khadra ». 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours