{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

MC Oran

Mazouzi et Bekadja somment Mehiaoui

Pour des raisons inexpliquées, la direction n'a pas encore entamé les premières amorces quant au dialogue avec les deux joueurs.

Ça patauge à telle enseigne que la situation risque d'éclabousser. À l'origine, la matière où tout simplement l'argent. Ce fonds faisant tellement défaut dans la maison du club fanion de l'Ouest du pays, le MC Oran, que la situation risque de s'empirer encore plus dans les prochains jours. Dans l'un des épisodes de ce feuilleton, le gardien Rafik Mazouzi et Djamel Bekadja, sont sortis de leur silence en demandant leurs dus. Ces deux sociétaires du Mouloudia viennent de mettre en demeure la direction du club le sommant de s'acquitter des redevances salariales antérieures. Dans ces deux mises en demeure, le gardien Mazouzi, réclame le paiement de 10 mois, tandis que le deuxième joueur, Bekadja, fait état de 6 mois à lui verser par le club. Le premier joueur a agi de telle sorte après qu'il aurait eu le préssentiment d'être lâché par le club, alors que ce dernier est, selon des sources proches du club, inscrit dans l'agenda du président Mehiaoui pour le renouvellement de son contrat. Mazouzi a mis en demeure la direction juste après la signature, par le gardien Houssam Litim, de son contrat au profit du Mouloudia. Bekadja, quant à lui, serait, selon les mêmes sources, sur un siège éjectable. D'autant plus, ajoute-t-on, la direction des Hamraoua n'a, pour des raisons inexpliquées, pas encore entamé ne serait-ce que les premières amorces quant au dialogue avec les deux joueurs pour trancher de leur carrière footballistique au sein du club. Les dernières déclarations du défenseur Masmoudi sont mal perçues à telle enseigne que celui-ci, menaçant de jeter l'éponge, aurait pu mieux faire en optant pour le silence étant donné que la direction du club le perçoit comme l'un des importants piliers du club.
Le joueur a raté une occasion pour se taire et de surcroît il a, selon les mêmes sources, versé dans «l'excès de zèle» en tenant des déclarations «ne l'honorant pas». Celles-ci sont totalement désavouées par les proches de Mehiaoui. Les mêmes sources ajoutent en soulignant que «le joueur tente de spéculer en exerçant, à travers ses propos, la pression sur le premier responsable du club en vue de l'amener à revoir à la hausse sa grille salariale». Mehiaoui, de par sa profession de commerçant, n'est, selon son entourage, jamais assujetti ni n'a cédé à la spéculation, ni au marchandage, ni encore moins à la spéculation. Le joueur risque de se mordre les doigts en faisant cette sortie jugée à la fois tonitruante et inattendue. Le milieu Hamza Heriet est en parfaite symbiose avec le premier responsable de la maison des Hamraoua après que les deux parties ont réussi à enlever les épines pouvant détériorer leurs relations.
Les deux hommes se sont attablés et ont longuement débattu autour d'un compromis arrangeant les deux parties.
Les premières constatations relevées à l'issue de cette rencontre font état de «la disponibilité du joueur quant à accorder une concession au profit du club, notamment concernant les mensualités antérieures pour lesquelles le club est redevable vis-à-vis du joueur. Heriet, se montrant permissif, n'a pas rouspété quant à céder une bonne partie de son dû. Il s'agit essentiellement des anciennes redevances remontant à 2013-2014 et 2018-2019.
Après cet accord entre les deux parties, le joueur est attendu pour officialiser, dans les prochains jours, son contrat avec le MCO.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours