{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Stade de Tizi Ouzou

Encore 12 milliards de dinars pour en finir

Initialement, le coût du projet était estimé à 18 milliards de dinars avant qu’il n’y ait la séparation des entreprises réalisatrices, ce qui a engendré une rallonge financière faisant que le coût est passé à 30 milliards de dinars.

Le stade de 50 000 places de la ville de Tizi Ouzou nécessite encore une enveloppe financière de 12 milliards de dinars pour terminer les travaux et réceptionner l’ouvrage pour lequel les supporters du club kabyle ont tant fantasmé. La reprise des travaux serait imminente, selon le nouveau responsable du secteur de la jeunesse et des sports qui intervenait, avant-hier, lors de la session de l’APW qui se tenait au niveau de l’hémicycle Rabah Aïssat. En fait, le stade de 50 000 places dont les travaux ont maintes fois été arrêtés. Les délais de réalisation sont largement dépassés avec plus de quatre années de retards. A ces pertes en temps, l’ouvrage s’est avéré être un véritable gouffre financier. Initialement, le coût du projet était estimé à dix-huit milliards de dinars. Puis, vint la séparation des entreprises réalisatrices. L’entreprise espagnole quitte le navire laissant la place à un groupe turc qui a poursuivi les travaux avec l’ETRHB. Une rallonge sera réclamée pour que le coût atteigne les trente milliards de dinars. Hier donc, comme il était prévisible, l’orateur a annoncé la reprise des travaux après deux mois d’arrêts. Mais, encore une fois, le stade réclame de l’argent. Selon le même responsable, la reprise du chantier nécessite encore 12 milliards de dinars. Ce qui fera que le coût global, si les délais sont encore respectés, sera de 42 milliards de dinars. Un coût qui dépasse l’entendement humain. Sur les réseaux sociaux, le stade de 50 000 places de Tizi Ouzou fait l’actualité. Avec les 32 millions de dinars, il aura déjà été intronisé comme le plus cher terrain de football dans le monde. Des comparaisons avec les coûts de réalisations des plus grands stades du monde sont légion sur Internet. A présent, si l’on croit les prévisions, ce qui est difficile, le chantier sera livré dans dix mois. Mais, au vu des délais prolongés plusieurs fois, il devient pratiquement impossible de convaincre l’opinion publique que les délais seront respectés cette fois. Les supporters de la JSK qui ont cru que cette saison se déroulera sur ce terrain ont déchanté avant même la fin de la dernière. Ils ne cacheront pas leur colère face aux responsables du stade y compris le ministre qui a assuré que le stade allait être livré en mars 2019. Il n’en fut rien bien évidemment et la réception a encore une autre fois été ajournée à une date ultérieure. Ainsi, après des années, le stade de
50 000 places de Tizi Ouzou est connu non pas grâce à la notoriété du club qui allait y recevoir ses adversaires, mais pour les frasques provoquées par les différents ministres et walis qui se sont succédé avec des promesses non tenues. De leur côté, les supporters de la JSK espéraient voir leur équipe jouer la coupe d’Afrique sur ce terrain. Un terrain à la hauteur de la grandeur de ce grand club qui a longtemps et dignement représenté l’Algérie dans les compétitions africaines avec sept consécrations. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours