{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le conflit entre les deux hommes prend de l’ampleur

Berraf répond à Bernaoui

Entre le premier responsable du ministère des Sports, le MJS Raouf Bernaoui, et celui du comité olympique, Mustapha Berraf, le bras de fer est loin de connaître son épilogue. Il vient désormais, tout juste de commencer.

Après la sortie médiatique du ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Bernaoui, qui a menacé de poursuivre en justice certains dirigeants, en raison des dépenses non justifiées et la publication de certains documents, censés être confidentiels, visant des responsables du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf a procédé par une contre-attaque. Par le biais d’un communiqué transmis à notre rédaction, hier, Berraf s’est dit consterné par cette dernière tournure et « les manœuvres mensongères et diffamatoires ». Pour lui, cela vise à nuire à l’image du COA et aussi à sa personnalité et à son honneur. « Dans le cas qui nous concerne, il est utile de préciser que cette affaire a fait l’objet d’un acquittement définitif par la justice algérienne et que les faits qui m’ont été reprochés datent de 2009 à l’apogée du règne d’un homme qui faisait de l’Algérie ce qu’il voulait et avait le droit de vie et de mort sur tous les Algériens », lit-on dans ledit communiqué. Les documents publiés par des médias, et émanant du MJS, évoquent des malversations dans la réhabilitation du centre de préparation de Tikdjda. « Il reste entendu que le Comité olympique et sportif algérien dont j’ai eu le privilège d’être président durant cette période a réalisé un stade homologué d’athlétisme à Tikdjda, en Kabylie, durant la décennie noire à environ 1 800 mètres d’altitude, un parcours de santé de plusieurs kilomètres et la rénovation totale du bâtiment saccagé et incendié par les terroristes. A rappeler aussi que cette piste a coûté 21 milllons de dinars alors que celle qui a été réalisée à Bouira à plat a coûté pratiquement le quadruple de son prix », indique Berraf, en rendant hommage « aux deux travailleurs qui sont décédés dans l’exercice de leurs fonctions et à tous ceux qui ont eu des accidents dont ma petite-fille ». Et de rappeler que « ces agissements ont déjà fait l’objet d’une dénonciation calomnieuse par des individus malveillants à la commission d’éthique du CIO, qui après enquête et examen minutieux de tous les documents, a jugé utile de classer ce dossier ».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours