{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Jeux Méditerranéens 2021

Amar Addadi sort de son silence

Amar Addadi annonce « une visite de travail de la Commission de coordination du CIJM pour le 17 septembre au siège du Comité d’organisation à Oran ».

C’est l’actualité. Dans un communiqué qui vient d’être diffusé par le Comité international des Jeux méditerranéens, représenté par Amar Addadi, ce dernier n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour démentir en bloc les « allégations mensongères » qui lui ont été endossées, par un journal régional n’ayant pas d’audimat, lui imputant d’avoir déclaré que « l’Algérie pourrait abandonner les JM-2021 d’Oran ». Amar Addadi n’a pas hésité à remettre les pendules à l’heure en assumant entièrement toutes ses responsabilités en tant que tel, tout en soulignant dans le communiqué qu’« au nom du Comité international des Jeux méditerranéens, je m’inscris en faux à la suite de la parution le 30 août dernier dans un journal en ligne d’un article, au titre pour le moins surprenant ’’ L’Algérie pourrait abandonner les JM d’Oran’’ ». Sur un ton plus ou moins étonnant, mais tout en ironisant, il a, sur sa lancée ajouté en apportant des précisions décortiquant, phrase par phrase, l’article colportant des déclarations lui ayant été endossées alors qu’en réalité il n’a fait, aucune annonce dans ce sens.
« Désinformation pure et simple d’un article non signé évidemment qui rapporte des faits complètement imaginaires puisque je n’ai à aucun moment accordé d’interview à ce média», a-t-il rédigé expliquant que
« l’information publiée ne reflète aucunement le sentiment du CIJM à l’égard du Comité d’organisation d’Oran 2021». Et ce n’est pas tout. Il affirme que « les propos qui me sont prêtés semblent être du « copier-coller» avec la conférence de presse tenue dans un tout autre contexte il y a plus de 18 mois, à savoir le 19 février 2018 ». « Ce journal est d’autant moins informé que lors de l’Assemblée générale du CIJM le 24 août dernier à Patras (Grèce), une délégation du Comité d’organisation des Jeux d’Oran a présenté aux 26 pays méditerranéens membres du CIJM, l’avancement des préparatifs des JM-2021 », a-t-il souligné expliquant que « cette présentation a pleinement satisfait l’assemblée et c’est sous les applaudissements que les représentants des prochains JM ont quitté l’Assemblée générale ». Dans son communiqué, Amar Addadi tire à boulets rouges sur cette « désinformation caractérisée » en soulignant que « ce genre d’articles n’a pour but que d’influer négativement sur un Comité d’organisation qui s’attelle avec ardeur à la récupération du retard accumulé lors des années 2016-2017 et 2018 pour assurer une totale réussite de cette 19ème édition des Jeux méditerranéens ».
La totale est grande au grand bonheur des Oranais s’impatientant de voir leur ville abriter, en grande pompe, l’heureux événement, les JM-21. En ce sens, Amar Addadi annonce « une visite de travail de la Commission de coordination du CIJM est prévue le 17 septembre au siège du Comité d’organisation à Oran ». Cette visite a, explique Amar Addadi, « pour but le suivi habituel du processus de préparation». Il a, dans ce chapitre, annoncé la tenue
« d’une conférence de presse qui sera organisée en fin de travaux pour informer sur l’évolution des préparatifs, et au besoin lever toute forme d’équivoque ».
L’information n’est ni diffamation ni désinformation ni désorientation ni encore moins un moyen par le biais duquel le journaliste s’autorise la fabulation ou encore l’invention des événements alors que ces derniers n’ont pas lieu d’exister, notamment à la faveur de la situation politique qui prévaut, ces derniers mois, à savoir l’actualité nationale.
La profession, l’éthique et la déontologie professionnelles obligent. Bien avant le président de cette organisation sportive de stature internationale, L’Expression a, dans une enquête expéditive, remis les pendules à l’heure en faisant valoir la souveraineté nationale et ce en rapportant fidèlement tous les faits sur cette « bévue » n’ayant pas lieu d’exister. Une enquête qui a été saluée par la population oranaise. Hélas. la désinformation et le sensationnel semblent constituer le fer de lance « des journaleux» estimant que « la presse est du mensonge ». 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours