{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tizi Ouzou

Le conservateur des forêts accuse…

Le conservateur des forêts de la wilaya de Tizi Ouzou, Youcef Ould Mohand, a accusé des mains criminelles d’être à l’origine d’un bon nombre d’incendies qui ont ravagé la région durant cette dernière semaine. Ce responsable, lors d’une conférence de presse animée hier à Tizi Ouzou, a aussi accusé certaines parties de vouloir mettre de l’huile sur le feu en faisant propager des informations infondées et visant à donner des proportions gravissimes à ces incendies tout en tentant de réduire à néant les efforts déployés par tous les services concernés pour arrêter l’avancée des flammes et circonscrire les feux en question. Youcef Ould Mohand a déclaré que les incendies qui ont eu lieu au Parc national du Djurdjura et tous ceux qui se sont déclarés dans les deux daïras de Tigzirt et Azeffoun sont d’origine criminelle. L’orateur a accusé la «mafia du foncier» d’être derrière cette recrudescence subite des incendies de forêts. Comme preuve, l’orateur a expliqué que le point de départ de l’incendie qui s’est déclaré à Tala Guilef est situé dans une zone humide. La main criminelle est aussi incontestable d’après Ould Mohand concernant les feux de forêts enregistrés aussi bien à Mizrana qu’à Iflissen, Tigzirt, Ait Chaffaâ et Azeffoun, en Kabylie maritime. Les auteurs de ces crimes contre la nature ont pour but de squatter le foncier qui se situe dans les régions ciblées, a encore expliqué le même responsable qui a tiré à boulets rouges sur les colporteurs de rumeurs complètement infondées concernant le fait que des singes auraient péri lors de ces incendies. Aucune perte de singes n’a été enregistrée et toutes les photos qui circulent à profusion sur les réseaux sociaux ont été prises à l’étranger car le genre de singes qu’elles représentent n’existe tout simplement pas en Algérie. «Dans notre pays, seul le singe magot est répertorié», a précisé l’orateur. De même que Youcef Ould Mohand a expliqué que si vraiment des singes magots avaient péri dans ces feux, les éléments de la Protection civile auraient sans doute retrouvé des traces comme des ossements. Or, ce n’est pas du tout le cas. Youcef Ould Mohand n’a pas caché sa profonde conviction que les auteurs de ces rumeurs ont des desseins inavoués. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours