{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Béjaïa

Le chaos s’installe

Le corps d’un jeune de 25 ans a été repêché, hier, à 7 heures du matin sur la plage de Boukhlifa, par les plongeurs de la Protection civile de Béjaïa après d’intenses recherches, qui ont repris tôt le matin après une pause durant la nuit. Lamine Mameri, du village Affra dans la commune d’Amizour, avait été porté disparu dans l’après-midi de dimanche. Alertés, les éléments de la Protection civile ont immédiatement entamé les recherches et les opérations de sauvetage dans une mer très agitée.
Plusieurs heures après, les plongeurs ressortent sans la moindre découverte. Alors que la nuit était déjà tombée, les plongeurs décident de suspendre les recherches. Ce qui a provoqué la colère des villageois alertés entre-temps. Ces derniers décident de fermer la Route nationale pour « obliger» les pompiers à poursuivre les recherches, créant une situation chaotique sur la Route nationale 9 déjà saturée par le flux de véhicules.
La reprise des recherches au petit matin se solderont rapidement par le repêchage du corps du jeune Lamine, qui a été transféré à la morgue de la clinique de Tichy avant son inhumation au village natal.Par ailleurs, on croit savoir que la brigade de la Gendarmerie nationale de Béjaïa a démantelé dans la nuit de samedi à dimanche un réseau de prostitution sur la côte ouest de la wilaya de Béjaïa, précisément dans une villa à Saket. Faisant suite à une plainte du voisinage, las de subir les désagréments causés par le bruit nocturne provenant de la villa, les gendarmes s’étaient rendus sur place. Devant le refus des occupants d’ouvrir la porte de la villa, les gendarmes ont alors sollicité auprès du procureur de la République près le tribunal de Béjaïa un permis de perquisition conformément à la loi. Une fois à l’intérieur, ils découvrent une vingtaine de personnes hommes et femmes, dont un couple légal et plusieurs centaines de préservatifs. Tout ce beau monde sera vite interpellé et présenté devant le parquet pour des délits liés au tapage nocturne et prostitution.Ce sont là les deux derniers faits notoires pour une saison estivale faite de tout, sauf de villégiature et de repos. Au chef-lieu, comme sur les stations balnéaires, la circulation se fait lente. Il faut avoir des nerfs d’acier pour supporter la pression omniprésente partout. De la route jusqu’à la plage, personne n’est épargné.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours