{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ils ont signalé un manque de manuels scolaires

Des parents aux abois !

Certes, le stade de la pénurie n’a pas été atteint, cela dit, un manque de certains manuels au niveau de quelques établissements a été signalé.

La rentrée scolaire de cette année, a été en apparence bien paisible. Cependant, si l’on zoome de plus près, on se rend finalement compte que l’école algérienne fait toujours face aux mêmes problèmes.
Ainsi, la distribution des livres scolaires, comme à chaque fois, n’a pas été exempte de quelques défaillances.
Certes, le stade de la pénurie n’a pas été atteint, cela dit, un manque de certains manuels au niveau de quelques établissements a été signalé.
En effet, des parents se retrouvent en ce moment même dans ce genre de situations. Ces derniers ont fait état du calvaire qu’ils vivent, en raison de l’indisponibilité de livres scolaires au niveau des établissements. D’après leurs témoignages, après s’être rendus sur place pour l’achat de ces manuels, on leur fait remarquer que quelques matières manquent à l’appel. Il s’agit principalement de ceux de l’histoire et géographie et ceux des mathématiques des cycles primaire et moyen. Le plus contraignant dans ces cas, est le fait de devoir acheter ces livres qui se vendent chez quelques marchands activant dans l’informel, qui plus est, à des tarifs supérieurs à la moyenne. C’est-à-dire qu’au lieu d’acheter un pack complet à 2500 DA, les parents ne peuvent quérir ces bouquins qu’en s’acquittant de la somme de 4000 DA. Cela est d’autant plus conséquent pour les familles ayant plus d’un enfant à charge. S’ajoute à cela, le fait que les élèves ne disposant pas de ces livres ne peuvent assimiler pleinement les cours, sachant par ailleurs, que les enseignants se montrent à cet égard, très intransigeants. D’autres encore, se voient dans l’obligation de se rabattre sur les librairies et là aussi, il n’est pas évident de trouver les livres que l’on veut à des prix raisonnables. Beaucoup de libraires feront d’ailleurs ce constat, et indiqueront qu’à chaque rentrée scolaire, des parents désespérés affluent, dans l’espoir de trouver les manuels scolaires qui manquent à leurs enfants. Cette situation pour le moins malséante pour les chefs de familles, est hélas devenue récurrente. Pourtant, le ministre de l’Education nationale a rassuré encore et encore lors de chacune de ses sorties médiatiques sur la disponibilité des livres. « Il n’y aura aucune pénurie cette année », avait-il alors affirmé plus d’une fois.
Il faut aussi savoir qu’au titre de la rentrée scolaire 2019-2020, plus de 50 millions de manuels scolaires ont été imprimés pour justement éviter un déficit. Et auxquels s’est ajouté un quota de 30 millions de livres stockés de l’année dernière. Leur distribution aux établissements éducatifs, via les différents centres relevant de l’Office national des publications scolaires (Onps), s’est par conséquent effectuée, bien avant la reprise des cours. Mais voilà, comment se fait-il qu’en dépit de cette prise de mesure, le manque refait quand même surface ?
C’est la question que se posent les parents qui peinent, un mois après la rentrée, à trouver les livres qui manquent à leurs enfants.
Une interrogation justifiée, car il est difficile de comprendre qu’avec l’impression de 50 millions de manuels scolaires, on constate des lacunes à ce niveau. Avec ce quota, la demande devrait être pleinement satisfaite. La problématique se situe-t-elle au niveau de la gestion et de l’organisation ? Si la distribution avait été faite dans les normes, ce genre de problème n’aurait certainement pas surgi.
Plusieurs parents ont dénoncé le fait que le scénario se répète à chaque nouvelle rentrée, et qu’il n’est pas normal d’acheter des manuels scolaires à un double prix alors qu’ils devraient les trouver dans les établissements où leurs enfants sont scolarisés.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours