{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Urbanisation

Mieux vaut tard que jamais

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, mais encore faudrait-il pour autant choisir une conjoncture de flux d’estivants pour intervenir. A Béjaïa, cette ritournelle a la peau dure.

La commune de Béjaïa a enfin décidé de reprendre les travaux de réfection des chaussées restées longtemps en état de dégradation avancée. La première opération du genre a été réalisée avant-hier. Il s’agit du revêtement de l’entrée ouest de Béjaïa. Les travaux, qui ont été entrepris dans la matinée, ont créé un énorme bouchon, soulevant le mécontentement général des usagers, qui stigmatisaient la période choisie pour intervenir sur une voie publique alors que ces mêmes travaux pouvaient être réalisés en période de moindre affluence ou carrément la nuit. Il est vrai qu’on ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs, mais réfléchir à des périodes durant lesquelles il n’y aurait pas trop de désagréments, c’est encore mieux, d’autant plus que d’autres «aménagements de ce site sont programmés, pour mieux matérialiser l’entrée de la ville», comme l’indique le communiqué de l’APC de Béjaïa. Abdelhamid Achour, vice-président chargé de l’aménagement du territoire, a précisé que des travaux de revêtement de la RN 24, à Tala Ouriane, qui ont été effectués dans le cadre du lancement de l’étude de modernisation de l’axe Aâmriw - Iaâzouyen s’inscrivent dans la perspective de matérialiser l’entrée ouest de la ville de Béjaïa. D’autres projets d’aménagement et de revêtement de voies ont été réalisés au cours de cette semaine. Il s’agit de l’impasse Dar Nacer, des deux impasses à Ihaddaden Oulfella, de la route de la cité Oudali et de la voie de la cité Moula. La ville de Béjaïa tente de rattraper le retard accusé en la matière, en mettant les bouchées doubles depuis une semaine, soit après l’installation du nouvel exécutif et des commissions communales. L’APC indique dans ce sens que les voies d’accès à la cité des 1 000 - 300- 600 Logements Ihaddaden, l’axe boulevard des Aurès (Daouadji-carrefour des 600 Logements), le rond-point Daouadji vers Cristal2, le tronçon boulevard Amirouche jusqu’au boulevard Bouaouina, la cité Adrar, le rond-point des 1 000 Logements vers le pont Takheribt, pour ne citer que ces points, seront pris en charge dès la semaine prochaine. La commune finira par présenter ses excuses auprès des citoyens pour les désagréments occasionnés. en effet, les habitants de Béjaïa et ses visiteurs ont longtemps souffert du mauvais état dans lequel se trouvent les différents quartiers et les rues de la ville. Outre l’urbanisation des quartiers et des axes routiers, qui laisse à désirer, d’autres problèmes persistent et empoisonnent la vie de quartiers entiers. L’état lamentable des ruelles dont certaines sont pratiquement encore en terre battue, d’autres nécessitant le revêtement d’un tapis de bitume, les chutes récurrentes de tension de l’électricité, les eaux usées envahissent les rues, du fait de la dégradation de certaines canalisations qui coulent à ciel ouvert à certains endroits.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours