{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Etatde la route Tizi Ouzou-Ouaguenoun

Des centaines de transporteurs dénoncent

Ils ont interpellé tous les responsables concernés par cette situation déplorable comme le directeur des transports de la wilaya de Tizi Ouzou.

Des centaines de transporteurs publics de voyageurs, assurant plusieurs lignes, mais passant tous par le chemin de wilaya 174,reliant Tizi Ouzou au chef-lieu de la daïra de Ouaguenoun, ont dénoncé hier l’état catastrophique dans lequel se trouve ce dernier. Ils ont interpellé tous les responsables concernés par cette situation déplorable, comme le directeur des transports de la wilaya de Tizi Ouzou, le directeur des travaux publics, voire le wali de Tizi Ouzou.
Le problème en question persiste depuis plusieurs années sans qu’aucune solution ne soit apportée par les parties concernées afin de mettre un terme au calvaire non seulement des transporteurs, mais aussi des automobilistes de manière générale. Ce problème sempiternel concerne les conducteurs de fourgons et de bus de transports en commun assurant plusieurs lignes dont celle de Ouaguenoun, Tala Athmane, Boudjima, Aït Yahia Moussa, Tazmalt, etc. à partir et vers Tizi Ouzou. Le chemin de wilaya 174 est complètement délabré à plusieurs endroits. Au niveau de la localité de Timizart Loghbar, la route est complètement défoncée alors que juste après, avant le lieudit «Pompe à essence», en référence à la station qui s’y trouve, la route est quasiment impraticable au niveau de la droite, ce qui pousse les automobilistes à prendre de grands risques en s’alignant à gauche, à leurs risques et périls. Il en est de même tout au long de la chaussée jusqu’au lieudit «Tiplakine» où les embouteillages monstres se forment sans interruption, rendant un aller-retour d’une localité vers Tizi Ouzou synonyme de calvaire et de grand stress, sans compter les dégâts qu’enregistrent, à la longue, les bus et les fourgons en question. Il faut souligner, en outre, que les actions de protestation se multiplient de plus en plus dans la wilaya de Tizi Ouzou où la Route nationale reliant Draâ El Mizan à la villede Tizi Ouzou a été fermée aussi par les habitants des deux villages Hellil et Tifaw, dépendant administrativement de la commune d’Aït Yahia Moussa.
Les comités de ces deux villages se sont concertés et ont décidé d’observer une action de protestation commune, afin de dénoncer le silence des autorités quant à leur demande de prise en charge de leurs revendications. Des revendications ayant trait au problème crucial de pénurie en eau potable, au problème des chutes de tension de l’électricité, à l’état catastrophique des routes de ces deux villages menant au chef-lieu de la commune d’Aït Yahia Moussa ainsi qu’au problème d’assainissement qui s’y pose avec acuité, d’après les représentants des deux comités de villages Hellil et Tifaw. Ces derniers ont affirmé qu’ils ont épuisé toutes les voies du dialogue avec les responsables concernés qui « n’ont fait que leur formuler des promesses sans lendemain».
En outre, les habitants de la commune de Timizart ont, à leur tour, procédé à la fermeture du siège de leur daïra, en guise d’action de protestation. Cette énième action de protestation a été observée par des citoyens auxquels les autorités locales ont promis des aides à l’habitat rural et qui n’ont pas été tenues. Une promesse qui remonte à 2012. Depuis, aucun document officiel n’a été remis aux concernés afin de confirmer qu’ils ont réellement bénéficié de cette aide. Ce qui a augmenté la colère de ces citoyens, c’est le fait que juste après avoir reçu l’engagement en question, ils ont entamé les travaux de construction de leurs maisons. Puis, soudain, il n’y avait plus d’argent pour poursuivre les travaux.
Les autorités de la daïra ont ouvert les portes du dialogue pour tirer au clair cette affaire, a-t-on appris.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours