{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ouyahia sera auditionné aujourd’hui

Youcef Yousfi sous contrôle judiciaire

Abdessalem Bouchouareb qui est à l’étranger, est aussi inculpé dans le dossier de l’industrie automobile.

Ces derniers jours, les va-et-vient des ex-hauts responsables sont incessants à Ben Aknoun. Ils sont tous convoqués par le juge de la Cour suprême pour répondre à des accusations de corruption. Hier, c’était le tour de Youcef Yousfi qui a répondu aux questions du juge enquêteur près la Cour suprême dans le cadre d’enquêtes sur la corruption dans le dossier Sovac. Auditionné en sa qualité d’ex-ministre de l’Industrie et des Mines, Yousfi fait face à plusieurs chefs d’accusation liés essentiellement à l’octroi d’indus avantages au titre de l’octroi de marchés publics et de contrats, en violation des dispositions législatives, dilapidation de deniers publics, d’abus de pouvoir et de fonction. Youcef Yousfi et tout comme ses prédécesseurs, a quitté le siège de la Cour suprême a été mis sous contrôle
judiciaire. Yousfi n’est pas le seul inculpé dans cette affaire, Abdessalem Bouchouareb, ex-ministre de l’Industrie également, est aussi poursuivi dans ce dossier. Mais n’étant pas en Algérie, il n’a pas pu se présenter. Selon des informations rapportées par les médias électroniques, Abdessalem Bouchouareb a justifié son absence par son état de santé, nécessitant une hospitalisation à l’étranger. Ce dernier risque fort de faire l’objet d’un mandat d’arrêt international. Mais il n’est pas le seul, puisque Chakib Khelil, l’ancien ministre de l’Energie, convoqué pour dimanche prochain, est également absent du territoire national et pourra être considéré comme étant en fuite.
Il y a lieu de préciser que Youcef Yousfi n’est pas inculpé dans la seule affaire Sovac. Il est aussi concerné par l’affaire KIA et l’enquête qui a visé un autre homme d’affaires, Ahmed Mazouz, qui détient plusieurs marques de poids lourds et de véhicules touristiques, et une usine de montage. Le parquet général près la Cour suprême a reçu, il y a deux jours, le dossier des procédures suivies dans l’affaire Ahmed Mazouz où les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal et trois anciens ministres sont poursuivis pour des faits de corruption. A préciser que Ahmed Ouyahia comparaîtra à nouveau, aujourd’hui, devant le juge de la Cour suprême. L’ex-Premier ministre est poursuivi dans plusieurs affaires, dont celles de l’industrie automobile ou encore l’affaire Ali Haddad pour laquelle il a été placé en détention provisoire. En effet, l’ex-homme d’affaires et ex-président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) est à la source de l’implication de plusieurs autres responsables, dont celle de Amar Ghoul à l’encontre duquel le parquet général près la Cour suprême vient juste d’engager les procédures judiciaires. L’ancien ministre des Transports qui vient de renoncer volontairement à son immunité parlementaire, devra répondre de ses actes dans le cadre des affaires relatives à Ali Haddad, mais aussi a Mahieddine Tahkout. Ainsi, les concessionnaires automobiles tombent l’un après l’autre et avec eux le rêve algérien de créer une réelle industrie permettant au pays de sortir de sa dépendance aux hydrocarbures.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours