{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Forum du dialogue national

Vive polémique entre les participants

La guéguerre oppose les partenaires dans le groupe dit des Forces de changement pour le triomphe du choix du peuple.

A peine clôturée, la conférence du dialogue fait l’objet d’une discorde. Une vive polémique autour des documents adoptés lors du forum du dialogue national a éclaté entre les dirigeants des partis politiques y ayant participé. La guéguerre oppose les partenaires dans le groupe dit des Forces de changement pour le triomphe du choix du peuple. Le parti de Abdellah Djaballah, El-Adala, se démarque du communiqué final diffusé à la presse à l’issue des travaux du forum du dialogue national tenu le 6 juillet dernier à l’Ecole supérieure de l’hôtellerie et de restauration à Aïn Benian à l’ouest d’Alger. « Ce communiqué contesté est censé annuler et remplacer la plateforme du dialogue », pense le président du Conseil consultatif du parti de la justice et du développement(FJD), Lakhdar Benkhelaf. Il a expliqué, sans citer les instigateurs, que « ledit document final qui a été envoyé discrètement à la presse s’est focalisé sur l’organisation de la présidentielle ». La discorde aurait éclaté entre le FJD d’un côté et le parti de Talaie El-Hourriyet, Abdelaziz Rahabi et le MSP de l’autre côté. « Ce communiqué n’existe pas car il n’a jamais été discuté, encore moins adopté lors de la conférence des Forces de changement », a-t-il fait savoir. Pour Benkhelaf « l’unique document ayant découlé de cette rencontre est la plate-forme du forum du dialogue national ». Le député de Constantine a indiqué que « Rahabi s’est autoproclamé coordinateur de la conférence alors qu’il a été désigné comme animateur chargé de distribuer la parole aux participants ». Le chef du groupe parlementaire de l’Alliance Adala-Ennahda-Bina, fustige l’ancien ambassadeur de l’Algérie à Madrid de « s’être érigé en porte-parole du forum, en parlant de l’élargissement de la conférence à d’autres partis comme le FFS et le RCD alors que cette question ne figurait pas dans l’ordre du jour de cette rencontre ».En revanche, le membre du bureau exécutif du MSP, Farouk Tifour a souligné que « le communiqué final a synthétisé la plate-forme du dialogue », accusant certaines parties de « mener une campagne pour discréditer le forum du dialogue ». Par contre, le responsable de l’ex-Hamas a émis des réserves quant aux préalables relatifs au départ du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah et le chef du gouvernement, Noureddine Bedoui. Pour le responsable de la formation du défunt Mahfoudh Nahnah, « cette revendication sera réglée par le dialogue, puisque dans la plate-forme il est question de mesures d’apaisement que le pouvoir doit prendre pour afficher sa bonne volonté d’aller vers un dialogue sérieux ». Par ailleurs, à travers son offre de dialogue, Abdelkader Bensalah s’et engagé au nom du pouvoir du fait, à laisser à la classe politique l’exclusivité de mener le dialogue et de contrôler la prochaine élection présidentielle de bout en bout par le biais d’une autorité de gestion et de contrôle de l’élection présidentielle, indépendante de toute interférence des autorités et dotée de larges prérogatives allant de la révision du fichier électoral, en passant par son organisation et sa gestion jusqu’à la proclamation des résultats.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours