{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bouira

Une nuit folle

Cette fête a été complétée par le taux appréciable des reçus au baccalauréat que Bouira a enregistré.

Comme il fallait s’y attendre, Bouira a vécu une nuit folle qui aura démarré au coup de sifflet final de l’arbitre camerounais dans ce match à suspense, entre nos capés et l’équipe sénégalaise. Toute la population de Bouira était dans la rue pour célébrer cette seconde étoile tant méritée des joueurs de Djamel Belmadi. Toutes les artères de la ville étaient obstruées par des files de voitures, mais aussi des piétons qui ont exprimé leur joie, suite à ce premier exploit continental hors du pays. Une nouvelle fois, hélas, certains ont pris de gros risques en défilant dans des véhicules à des vitesses exagérées. Même le dispositif policier déployé pour l’occasion n’a pas dissuadé ces fous du volant. Même si aucun accident majeur n’a été constaté, il reste que ces énergumènes continuent à gâcher la fête, en mettant en danger la vie des passagers mais d’autrui aussi. L’autre fait désolant reste la réaction des deux directions, de la jeunesse et de la culture, qui n’ont rien prévu pour canaliser autant de jeunes avides d’animation. Même si les responsables ont réagi à l’occasion de cette finale en installant six écrans géants aux chefs-lieux des daïras de Bouira, M’Chedallah, Aïn Bessem, Lakhdaria, Sour El Ghozlane et Bordj Okhriss, la direction de la culture pouvait prendre le relais en programmant des soirées artistiques sur les lieux. Ces deux couacs ne peuvent pas diminuer la liesse qui s’est emparée de tout un peuple fier de ce succès que beaucoup de jaloux ont tenté d’empêcher. Les Belamri, M’bolhi, Bennaceur, Attal et la liste est longue, ont dignement et crânement défendu les couleurs nationales sur les terres hostiles d’égypte et en présence du sinistre président de la CAF qui a eu du mal à avaler la pilule. Jusqu’à deux heures du matin, les rues et les placettes n’ont pas désempli. Hier encore et à l’occasion de l’arrivée des Guerriers du désert en Algérie, les Bouiris continuaient à célébrer ce second sacre dans le riche palmarès du football algérien. Cette fête a été complétée par le taux appréciable des reçus au baccalauréat que Bouira a enregistré.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours